Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 19:26

Fin de la saga (et) de l'été, avec ses spoilers, à la suite de …(IV) … ou No Girl Power


Cronenberg---Crash.jpg

Ce long article, sur un film que je trouve parti dans les décors, aura donc complété ma présentation (ou l'inverse). Il est sans doute plus rapide (qu'est-ce que ça serait sinon ?) de le faire en exprimant ce que l'on écarte, qu'en s'élançant dans ce qu'on reconnaît - ce que je reprendrai, ensuite, avec joie ! Cela me permet aussi de jouer avec des limites, conscient de ne pas être à l'abri d'un dérapage. Je tiens à préciser ça : je ne me sens pas confortablement assis derrière mon ordinateur pour le plaisir de dégommer un truc. J'ai peur, aussi. Ben, oui :-)

Donc : j'y vais sur ce que je veux aussi dire de limite sur Tarantino. De plus en plus de femmes dans ses films. Et là au générique d'entrée, on a " the girls ", donc : on nous met tout de suite du côté du tueur (cf III). De la misogynie (cf IV). Ce ne sont que des signes. Je trouve que : le dernier (premier ?) problème du cinéma de Tarantino, c'est qu'on est acculé à la passion de Tarantino, et sa passion… ça tournerait autour de l'homosexualité/homophobie.


American-Beauty.jpg

Et comme on est juste dans la passion de ça : pas intéressant du tout, bien pire. Je ne prétends pas connaître avec certitude les angoisses réelles de Tarantino, et je m'en fiche. Mais il y a un truc par là qui limite/biaise terriblement ce qu'il fait. Et d'ailleurs, on va aller exploser les bombassexuelles. Les autres (j'y reviens) auront droit à la vengeance. C'était quoi le grand moment censément grave traumatique dans Pulp Fiction ? J'arrête là.

Je trouve que : vu le système de cinéma que Tarantino lui-même établit, tant qu'il ne se confrontera pas directement et consciemment à ses angoisses, on restera dans la perversion. On regardera le monsieur faire, avec plus ou moins de savoir-faire, joujou avec son caca. 


Le-temps-retrouv--.jpg

S'il n'y avait pas un tel système de volonté de fusion avec le spectateur, cette question ne se poserait pas. Elle ne se pose souvent pas. Mais là, je ne vois pas comment on peut en sortir autrement. 

Ici, ce que je ressens, en descendant d'un cran : dans l'organisation du film, au fond, les filles de la seconde partie sont des hommes. Je me dépêche de préciser que les codes de virilités ou de féminités me touchent assez peu d'un point de vue strictement personnel, dans ma vraie vie. Je ne considère pas que faire des cascades, fumer la pipe ou boire trois litres de bière en ronronnant devant un match de foot sont des privilèges réservés aux hommes. Mais dans ce film, vu l'extrême polarisation des groupes, répétons, répétons : les filles de la première partie prennent en charge les femmes, et sur un mode hypersex. Ce sont les hommes, qui ne se font pas tuer. Ils accèdent même à la vengeance.

Peut-être même : la mise à mort de Mike/spectateur/Quentin par ces " hommes " est la résolution brusque de ce " désir " là, impossible à assumer ici… Quelque chose par là. Je suis désolé de faire de la psy de comptoir. Raison pour laquelle j'ai gardé ça pour la fin : pas parce que c'est le " meilleur ", mais parce que je ne m'y connais pas assez pour dépasser une imprécision et une incertitude certaines. Les précédents articles me semblent assez précis sur mon ressenti et ma perception de ce qui suffit à me détourner de ce film.


Th--or--me.jpg

Je reprends un instant avec l'entretien des Cahiers. Avant l'extrait précédemment cité (cf III), Tarantino dit : " C'est drôle… La façon dont les filles de la première partie parlent et se comportent, notamment dans le bar, l'ascendant manifeste qu'elles ont sur leurs petites copains - au point de les féminiser ". C'est vrai que c'est fin. Il faut voir la gueule du copain de celle qui fait le lap dance. Si j'avais le temps, je crois que je pourrais faire une dissert' là-dessus (sur cette citation et sur la gueule du mec).

Petit bijou : ça me défrise violent quand Quentin demande, dans l'entretien, " ça l'a fait pour vous ? ", à savoir la collision, et que les représentants des Cahiers se contentent de répondre " Absolutely ".

C'est intéressant que là ils impriment leur réponse en anglais, non ? Je précise que c'est avant qu'il expose ses meilleures intentions, avant donc " les filles attachantes ". 


Bunuel---Belle-de-jour.jpg

Je reviens donc sur le strict terrain de la misogynie.

Outre les questions de morale du regard (plutôt dans les trois premiers articles), je (me) pose aussi des problèmes de morale, tout court. J'en ai conscience. Mais est-ce que cela peut se résumer à " Tarantino, homme de plaisir / D&D, homme de devoir " ?… Beaucoup diront que cela n'a rien à voir avec l'expression artistique. Je ne sais pas.

Je trouve que : c'est complexe.

Parce qu'en même temps, une grande majorité dénoncerait un cinéma fasciste (Leni Riefenstahl ?) parce qu'il est fasciste ou d'esthétique fasciste. Donc, c'est complexe. Peut-être, en effet, il ne faut pas tout mélanger (expression artistique et éthique). Mais pourquoi on sauverait les misogynes et pas les fascistes ? Une véritable hauteur de vue demanderait de dépasser tout ça. Sinon : ça commence quand, l'horreur ?

Je précise aussi que je ne situe pas du tout la question éthique au niveau de l'histoire racontée. Est-ce que l'histoire d'un film est morale ou pas ? Je ne vois pas le problème. Et, je n'ai pas besoin de happy end...


Claire-Dolan.jpg

Je recommence.

En littérature, on trouve, par exemple, le cas Céline. En général, tout le monde fait la part des choses - comme si l'œuvre la permettait elle-même ? -, et on peut-être dégoûté par le mec mais pas par l'œuvre. Moindre des choses, en soi… Sinon, ce pourrait être souvent disette :-)

Je ne suis donc pas non plus en train de dire qu'il faut être un saint pour avoir le droit de s'exprimer. Sans quoi, il n'y aurait rien à lire ici ! Ni, qu'il y aurait une limite, chez l'être, à partir de laquelle il n'aurait plus le droit.

Ce que je me demande, c'est : peut-être que c'est le système de manipulation et la volonté de fusion chez Tarantino qui détruit cette possibilité. En tout cas, c'est ce qui m'interroge… 


L-arrangement.jpg

Par ailleurs, je ne vais quand même pas développer sur les liens profonds avec Kill Bill ou Pulp Fiction, mais la fascination première qu'a Tarantino pour la violence me pose aussi problème.

Je n'ai évidemment rien contre la violence au cinéma, en soi. Parce que je reconnais la violence, je reconnais la mienne aussi. Mais ça ne me fascine pas du tout. Encore une fois, j'essaie de faire au mieux avec, en l'assumant, comme un grand, mais je ne vais pas me complaire dedans et ensuite me sentir coupable.

Je trouve que : chez Tarantino, la fascination pour la violence est première, fondatrice et surtout aliénée/aliénante…


Blow-up.jpg

Pour finir, Tarantino m'apparaît donc surtout comme un passionné avec un certain talent visuel, épaissi par son passé de cinévore. On n'est pas dans la platitude pure des images. Mais si je n'ai pas un grave problème perso avec lui, pour l'instant on est avant tout du côté de l'esbroufe énergique et passionnée (répétons, répétons), avec des trouvailles, ça bosse pas mal dur.

Bref : un grand divertissement, et à peine plus que ça. Mais : du divertissement du vingt et unième siècle, très sophistiqué, qui a déjà beaucoup vu mais qui a su conserver du désir.

Au mieux, je peux considérer que Tarantino est un lapin facétieux (cf paragraphe sur l'adolescence dans Scream II). Dans les pires moments : un truc dégueulasse, il y a sûrement bien pire, mais bon.

Je dis peut-être n'importe quoi.

Alors quoi ?


Le-mariage-de-Maria-Braun-.jpg

Si je ne dis pas n'importe quoi, je n'ai plus envie de ça à cause des pires moments. Je préfère de loin, dans ce cas là, pour me divertir, je ne sais pas, je crois bien que je préfère Rush Hour 2,  voire même Ocean's Eleven

Donc, je rêve d'un consensus moins fort chez les principaux critiques qui nous vendent à chaque fois le nouveau Tarantino comme si c'était du très grand cinéma. Que Bonitzer, avec son article sur Pulp Fiction, ait décomplexé tout un tas de gens, tant mieux pour eux : est-ce qu'ils se sentaient coupable de quelque chose ? Je me souviens que son article ne m'avait pas du tout impressionné. D'ailleurs je m'en rappelle fort peu. OK. Je vais le relire. 


Le-couvent.jpg

Surtout, je vais tenter de revoir en urgence, donc pas au hasard : Minuit dans le jardin du bien et du mal, Le couvent, Mulholland Drive, Inland Empire, Twin Peaks, Solaris, Le miroir, M. Butterfly et Crash. Allez savoir pourquoi…



PS : n'arrivant pas encore à me convaincre moi-même que mes élucubrations, même longuement martelées, sont paroles divines, voici un article d'un critique qui a aimé Deathproof, avec une réflexion sur le " marché de la viande " pertinente en soi de toutes façons. Et s'il y a quelques acharnés (dans un sens, dans l'autre, ou ailleurs), je conseille le parcours de cet interminable post - mon article à côté, une miniature - dans le forum des Cahiers du Cinéma. Rien qui m'interpelle vraiment sur le film mais beaucoup d'idées très intéressantes en elles-mêmes, et quand même une femme qui fait aussi remarquer que les filles de la seconde partie sont des mecs ! Bref, comme d'hab, quoi : c'est toi qui vois… Et si tu aimes ce film… sans doute tant mieux pour toi ! :-)



Partie écrite le 9 juillet, arrêté le 23 septembre.

Voilààààà… c'est fini.


Les-roseaux-sauvages.jpg 

Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans MOIJE
commenter cet article

commentaires

SysTooL 01/10/2007 11:48

Euh, j'ai vu le film mais pas lu le livre... c'est grave? Je pense que je vois ce que tu veux dire, en tout casSysTooL

D&D 02/10/2007 01:20

Ben moi, j'ai pas vu le film (une prescription du docteur ?)... Mais je relirai le livre (et son précédent), c'est sûr... ;-)Je pense que je vois ce que tu penses que tu vois que je veux dire, et ça c'est cool, Systool :-)

SysTooL 29/09/2007 13:56

Courageux de dire finalement que Tarantino est un "élève" du cinéma qui a dévoré des milliards de films et fait beaucoup dans l'esbroufe... à vrai dire, je pense un peu comme toi, puisque j'adhère totalement à son oeuvre jusqu'à JACKIE BROWN compris, mais ensuite, j'ai été un peu déçu par le diptyque KILL BILL (pas encore vu GRINDHOUSE)... mais c'est vrai que l'on lui colle cette image de réalisateur énorme à chaque nouvelle sortie et ça peut être énervant... peut-être tout simplement que malgré ses défauts, Tarantino est le seul "jeune" réalisateur qui a un semblant de personnalité...Bon week-end, D&D et vivement une nouvelle saga sur 25 IMAGESSysTooL

D&D 29/09/2007 20:43

... ou qui a pris soin de la médiatiser et de se mettre en scène lui-même. Là-dessus, je ne lui jette d'ailleurs pas la pierre en soi. Mais je crois qu'il y a aussi des cohérences assez nettes dans ce que l'on peut lire dans "Sexe, mensonge et Hollywood". Je ne prends pas ce livre pour une bible, je n'y repense d'ailleurs qu'en te lisant, mais je n'ai pas l'intuition qu'il faille le cataloguer comme un règlement de compte trop biaisé. L'as-tu lu ?En tout cas, merci doc' pour ce commentaire précis et sympa comme tout. Bon week-end à toi également.D&D

vierasouto 28/09/2007 03:34

Les femmes hyperféminisées de Tarentino prennent le pouvoir et seraient sans doute plus phalliques qu'elle n'en ont l'air... Ce qui dérange aussi, c'est que Tarentino aime la violence ludique, il assume, il ne dénonce rien. Une histoire pas si simple...

D&D 28/09/2007 15:38

Pas si simple, non. Ni ce film, ni Tarantino. C'est bien l'un des rares metteurs en scènes dont le visage n'est pas inconnu du grand public et qui "sur-commente" son propre travail... En tout cas, il a globalement compris les outils et le recyclage de sa génération. Comme TF1. N'ayons pas peur d'être polémique... :-)Et pourtant Deathproof, n'est pas le succès commercial espéré, avec ou sans Rodriguez... Mais cette manière d'être dans un certain air du temps passe nécessairement...Il n'est certes pas sans potentiel. Cela intéressera de toutes façons suffisamment de gens de voir ce qu'il en fera. Alors je crois bien que je regarderai d'abord ailleurs...Merci de ta visite :-)

Pivoine 28/09/2007 01:19

Bonjour D! Je passe te faire un petit bonjour... J'ai déjà lu ton article une première fois, je le relirai encore. Là, pendant deux ou trois jours, je vais manquer de temps, aussi incroyable que cela paraisse. Mais je tenais à signaler... Ma présence ! Bizz ! (Au fait, j'adore la musique de "Americain Beauty" et Kevin Spacey est un de mes acteurs préférés, avec le beau Russel, Adrian Brody, Cage, et, et... Le beau blond qui joue dans "Un homme d'exception" et "Master and Commander" avec Russel. )On peut rêver !

D&D 28/09/2007 15:30

Bonjour Pivoine, Je suis très sensible également à la musique d'American Beauty ansi qu'au travail de Kevin Spacey. Depuis ce film, il n'a rien fait de franchement défendable si ma mémoire ne me joue pas des tours, mais je crois qu'il est plus à chercher du côté du théâtre maintenant. Je rêve un peu d'aller à Londres et de le voir sur les planches !Sinon, j'espère que le manque de temps sera uniquement lié à des activités qui te sont chères !

Neil 25/09/2007 17:14

Beaucoup de choses à dire, c'est toujours aussi passionnant...Donc, les femmes dans le film et la mysoginie de Tarantino. Moi, j'étais justement sorti du film en me disant entre autres choses : "je suis pas assez hétéro pour pouvoir l'apprécier". Trop de nanas en décolletés se promenant en bagnole, c'est pas mon truc. C'est clair, Tarantino a voulu s'amuser, quitte à laisser le spectateur au bord du chemin. Il ne me paraît pas tant que ça comme un manipulateur, pour moi chacun est libre d'adhérer à son propos, on aime ou on n'aime pas, c'est tout. Enfin je dis peut-être n'importe quoi... "_"

D&D 26/09/2007 00:02

Bonjour Neil, et merci de ta visite :-)C'est drôle ce que tu t'es dis en sortant du film... A un premier niveau, on pourrait se dire que Tarantino se contente de reprendre les codes des films qu'ils citent : petites pépés, grosses voitures et gros bras. Mais je crois qu'il y a bien autre chose en branle (pardon). Et pas depuis hier. Par exemple, quand il fait Kill Bill, il ne créé pas non plus un personnage de femme : il crée une icône. Et sans ambivalence (dans Basic Instinct, le personnage de Stone est à la fois une icône et une femme. Premier indice : elle a une vie sexuelle). Attends, je m'arrête, là, sinon je vais repondre cinq pages. Tout ça me tient particulièrement à coeur...Sinon, pour la manipulation, relis l'épisode III ou je t'en colle une ! Je plaisante, bien sûr. A plus :-)Sympa quand même d'être deux à ce dire n'importe quoi !  ;-)

Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D