Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 01:30

Dernier retour sur No Country for Old Men, ***SPOILERS*** compris, cette fois… Impressions persistantes…



Ne pas jouer...



Cela peut-être quoi, aussi : mettre en histoire et en scène un personnage de tueur en série ?... Poser la question nue de l'empathie. De sa possibilité. Du moment où cela, peut-être, devient impossible. La figure du tueur en série interroge - en tout cas dans certaines fictions - la limite de l'universalité.

C'est quoi : croire que l'on peut - un tant soi peu, à peine peut-être, mais quelque chose - comprendre l'autre ? Un terreau commun. Au fond. Sans nier l'altérité, est-ce qu'il y a quelque chose à partir duquel je peux reconnaître ? Même si… l'horreur. Même si Hitler.

Il faut dire d'où l'on parle - une de mes croyances - pour délivrer ses propres approches. Je parle de l'endroit où des gens croient qu'il y a quelque chose de commun. Dans cet endroit où vivent les actrices et acteurs que je préfère : qui interprètent un rôle, non sous l'angle privilégié d'une autre vie à "performer", mais dans la recherche première de l'autre en eux. En quoi l'autre est eux, aussi.

On peut croire tout à fait le contraire. Comme on peut croire que la violence n'appartient qu'à d'autres, etc. … Ce n'est pas ma croyance.

Je recommence.



Where art thou ?...



L'espace du film est le déploiement d'un jeu, peut-être le plus légitime, car le plus originel, et celui qui se fonde sur une altérité radicalisée : la chasse… Ce ne sera que du temps qui lacère visages et terre, tandis que l'on tente de le tuer. Que du mouvement de survie, du jeu à tenir debout, encore. Il n'y a pas de héros. Mais : des chasseurs et/ou des proies. Voir, entendre, sentir et/ou être vu, entendu, senti. Les deux en même temps ?

Autant dire que je ne suis pas un expert de la chasse : impression formidable - erronée, vu mon ignorance ? - que la mise en scène nous plonge au cœur de : se cacher, se découvrir, traquer, être traqué, déceler les traces, en laisser… Les hommes - les vivants et les morts -, les animaux, les objets… Des histoires de surfaces, d'œil, d'oreille : des histoires de cinéma. Quelque chose comme ça. Et : qui visent le présent… à le rendre tangible.

Toutes les scènes de chasse me comblent, avec un vertige particulier pour celle qui s'inverse - scène exactement située au centre du film - entre Chigurh et Llewelyn, passant par une perte fugitive mais totale des repères : climax d'une violence souveraine, et tout à coup, vers l'abstraction, qu'est-ce qui se passe ?, d'où ça tire ?, ne plus rien (sa)voir… L'autre n'est plus résumable au pôle opposé, ne se distingue plus assez : terreur, dans la chasse...

Se rappeler comme la survie de Chigurh s'assure aussi par cette maîtrise (ou par cette essence) : ne pas laisser de traces… Do you see me…  L'homme qui tire sans balle… Rien… Ce n'était rien… Il ne s'est rien passé… Un corps est tombé… Presque tout seul.

Et chasser, aussi : évacuer, faire partir, tenter de faire disparaître. Et je peux jouer à : Llewelyn chasse l'avenir (/traque) et le passé (/évacue) ; le Shériff chasse le passé (/traque) et l'avenir (/évacue) ; Chigurh chasse doublement le présent, figure démesurée de présent pur ET son impossibilité. Du sang qui coule au sol : déjà du passé. Du présent qui voudrait durer. Alors Chigurh lève les pieds. Et cela signera une autre fin…



Un homme là et pas là…

   

Un autre jeu glace le film en contrepoint de la chasse… Pile ou face ?... Et finalement, quelqu'un qui reste en vie : c'est amusant ?... Entendre le changement radical de ton de Chigurh sur la fin de la scène à l'épicerie. Est-ce que Chigurh ne re-donne pas la vie (autant qu'il peut l'annuler avec ce jeu) ?... Call it… Ou assiste simplement à une naissance ? Est-ce qu'il attend qu'on la lui rende ? Pas : la monnaie de sa pièce. Mais : insondable beauté de l'accident de voiture.

Voilà ça y est, confirmé, redit : c'est le quart d'heure de folie de D&D.

Comme si Llewelyn, dans sa première scène, avait blessé le chien, montage… Alors que ce n'est pas lui, nous l'avons vu, de nos yeux. Mais ça va venir… La survie transmue chacun en tueur, peut-être pas en série… mais le Vietnam est tapi.

Qu'est ce que je raconte ? Le geste répété : c'est deux mains que séparent un billet. Etre à deux doigts de l'autre, mais contact direct impossible. Etre dans une transaction qui n'en finit pas de mal se passer. 

My mind wanders…



 … ou barbarie ?…



A propos d'être à l'Ouest - où, en effet, rien de nouveau, mais quel trait direct, sec et beau -, je m'étonne du mode sur lequel de nombreux spectateurs ont exprimé leur décontenancement (pour le moins) face à la fin du film. S'il y a bien quelque chose que je trouve brillant… A partir de : le dernier massacre… Et le Shérif qui arrive juste après - un tantinet trop tard -, et nous avec : ce moment où les deux sources d'identifications entretenues pour le spectateur vont se couper. Alors qu'elles se croisent pour la première fois, ces deux sources se tarissent. Llewelyn, c'est net. Le Shérif, une agonie.

Fausse piste, à mes yeux - peut-être écho réel au livre, je ne l'ai pas lu - que celle d'un parcours réactionnaire. No Country for Old Men... Le monde serait devenu si violent, tant de valeurs auraient été perdues, que ceux qui en avaient - en tout cas celles-là -, ne peuvent plus y vivre ?… Je trouve que : bien plus complexe et plus poignant que ça. Dans ce film dont l'histoire s'effeuille, en ouverture et en clôture, dans l'après d'un carnage.

Alors je continue, depuis le début…

Une parole est enregistrée, celle du Shérif en fin de parcours, et traverse tout le film : son questionnement inquiet… L'inquiétude du Shérif deviendrait la raison de son renoncement... Or, ce n'est qu'un alibi : la scène de dialogue avec le vieil Ellis qui rappelle que l'horreur, celle sur laquelle le Shérif bute, a toujours existé,.et son beau dén(o)u(e)ment sur la "vanité "…

Le parcours du Shérif a commencé sur cette prière - celle qui clôt l'extrait vidéo de mon premier article - : ne pas affronter quelque chose que je ne comprends pas… Mais la question se déplace : est-ce que je ne peux plus soutenir parce que je ne comprends pas ? Ou : est-ce que je ne comprends pas parce que je ne peux plus soutenir ? Parce que je ne peux pas reconnaître, même embryonnaire, ce possible-là, au plus profond de moi, parce que j'ai peur, et je ne peux soutenir cette peur, parce que mon père est mort, il est devenu mon enfant, personne ne pourra jamais plus me consoler, me protéger…




Trou d'air...



Cette dernière scène du film, le Shérif qui raconte son rêve, m'apparaît en échange remarquable entre ce hors champ du rêve et le regard de sa femme en face. Qui fait face. Et est avec. Pas qui est en face et fait avec !… Ne pas refaire trois pages sur la manière dont ce film décrypte la maison des hommes et comment deux femmes, presque à la place que ces histoires et ces sociétés leur assignent, incarnent malgré tout, absolument, la maturité et la résistance…

Par-dessus tout : Carla Jean… Ce qui l'emporte, je trouve, dans ce monde d'hommes, filmé comme tel : le plus beau personnage, finalement, c'est elle. Ce n'est pas aux côtés du Shérif, ni même de Llewelyn, que le film propose de nous emmener, mais : Carla Jean. Ou : c'est les deux. TOIQUIVOIS. Mais la liberté, la révolte et la pensée : elle, de son côté.

Alors : est-ce qu'il y a un endroit pour vivre, entre la chasse au mammouth et la résignation totale à l'absurde ou au principe supérieur (les deux flirtant joyeusement chez Chigurh) ?

Il n'y a que ça. Il n'y a qu'à : vivre. Etre là. Dans son propre vivant et son environnement. Et sans légitimer la force de ces femmes par leur fonction matricielle - tandis que les hommes chassent. Elles n'existent pas, ici, en tant que mères. Et c'est une bonne nouvelle. Aussi.

Même si… C'est une aube magnifique et terrible. Et, vraiment : ce pays n'est pas pour les enfants.



Une filmographie en 11 temps, et semble venir…



Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans TOIQUIVOIS
commenter cet article

commentaires

Cyril 07/01/2009 22:50

haaa! enfin un bon film. C'est vrai qu'avec les merdes que j'ai vues ces dernières semaines, ça m'a fait du bien. J'ai lu ton article avec grand intérêt encore une fois. C'est vrai que tu as tendance à te perdre un peu dans tes raisonnements et tes idées mais tu finis par retomber sur tes pieds. Désolé pour le retard mais je n'avais pas tellement le temps de visiter les blogs. Enfin, le tiens reste une valeur sûre! à plus et bonne année DetD!

D&D 08/01/2009 02:00


Bonjour Cyril,

Merci, et très bonne année à toi également

Je reconnais que cet article-ci était particulièrement... "impressionniste" ?

C'est sympa d'être passé, et rassure-toi... tu n'es pas le seul à être en retard !



comprendre 29/07/2008 02:45

J'ai toujours aimé le frisson de Oldman, et puis son déplacement "sur roulettes" (avec fermeture de porte en option) pour venir tenir le rasoir. C'est dommage, ce film se dégrade sur le 3e tiers (la poursuite et la conclusion). Quelle beauté pour les 66% restants ;-( Musiques, costumes, acteurs, ambiances...Tiens, je te conseille le film "The asphyx" (1973), traduit en français par "L'image de la mort" (brrrrr !) qui est un peu vieillot mais pas mal du tout. Il y a un trailer sur youtube mais il en montre trop (comme d'hab). Disons que c'est un film dont le thème est l'expérimentation scientifique en rapport avec le passage de la vie à la mort. Inspiré d'une histoire vraie ! (ça fait vendre ça, y'a plus qu'à ajouter "film d'horreur" sur l'affiche est on va faire péter les entrées).Félicitations pour la lecture de Dracula en vo. La version que j'ai lue en vf, il y a quelques temps (10 ans), était très réussie. Je pense que ce "livre" est une réussite littéraire. Pour la référence ciné, a vrai dire il y a une référence très "private" dans natural born killers : Wayne Gale, le journaliste hystérique, en balance un fracassant, très "journaliste US pro", à un moment bien tendu. Mais pour la jouer plus cinéphile, je citerai "des gens comme les autres" où le anyway est l'objet d'une discussion entre le jeune Conrad et son amie ex-dépressive : le "anyway" y est présenté comme une technique de drague assez peu concluante.Enfin, pour ne pas fermer le dialogue engagé avec les autres visiteurs de ton blog, j'ose affirmer que le film "bienvenue chez les chtis" est très peu intéressant et qu'à la limite j'ai presque préféré "no country for old men" . => Si avec ça tu fais pas 40 commentaires... ;) Bonne nuit ! Dany Boon

D&D 29/07/2008 03:13



Ah oui, le frisson de Oldman, moi aussi, j'en suis friand. Et de son coup de trotinette aussi ! Voilà bien un film qui m'aura été culte et dont je ne sais guère ce que je penserais aujourd'hui...
hormis le plaisir...

C'est bien noté pour The Asphyx ;-)

Hé bien figure-toi que l'irrésistible "anyway" de Robert Downey Jr me claque dans les oreilles en te lisant ! J'aime beaucoup NBK, alors que j'ai beaucoup de mal avec Stone. Des gens
comme les autres, en revanche, pas vu : quel cinéphile du dimanche je fais...

Euh... Il va de soi que je n'ai pas pu m'empêcher de rire avec ton dernier paragraphe et cette chère Martine... C'est pourquoi je te pardonne ce si mauvais esprit. :-)



comprendre 28/07/2008 20:18

Hummm.... J'adore les commentaires n°12 et n°13....Puisque nous touchons le fond, je pense qu'il faut s'affranchir de tout scrupule : dites-moi, cher ami "D", faites-vous toujours cette chose répugnante avec le rasoir plein de sang de l'ami Keanu ?


Frisson de plaisir... brrrrrrrr !

Anyway (référence inside, sauras-tu la retrouver ?), as-tu lu le "Dracula" de Stocker ? Grave erreur que de le laisser dans les seules mains de nos amis les corbeaux (aka "emo"), c'est un chef-d'oeuvre de la littérature (duquel tu pourrais, de surcroit, jouïr en VO).Bonne soirée et bienvenue sur boosterblog !comprendre (consterné)PS : je te rends 3 comms pour 4 sur mon blog kikou-lol

D&D 28/07/2008 23:43



Salut toi ;-)

Et lol... "Mais pourquoi est-il si méchant ?"...

Sinon, bien sûr, je perpétue cette manie étrange  - j'ai toujours aimé cette photo d'ailleurs. Je pense même avoir progressé, ayant trouvé sang plus à mon goût depuis.

En fait, j'ai bel et bien lu le roman, et en VO : j'en garde un très beau souvenir et le fort désir de m'y replonger un jour. Cela fait bien longtemps déjà...

Bonne semaine à toi.

PS : pour la référence, je suis à la ramasse... "Anyway" ?



6-K-Triss 28/07/2008 16:08

Salut !
Je viens de voter pour toi un + 5 pour te souhaiter la bienvenue sur Boosterblog !
J'espère que tu feras pareil car j'ai besoin de ton soutien pour ma musique, merci d'avance ... ( http://6-k-triss.boosterblog.com )
.. Bonne aprèm et bonne continuation pour ton blog et dans la vie !!!
PS : Il faut parfois attendre un moment avant que boosterblog affiche mes 5 points sur ta fiche !
PS2 : Chaque fois que tu votes un +5 pr moi (ça marche 1X/jour), préviens moi par un p'tit commentaire et je te rendrai la pareille dès que je le vois !
A bientôt,
Peace,
6-K-Tri

D&D 28/07/2008 23:17


Bonsoir,

Merci également pour la bienvenue et les explications. Une partie de ma réponse revient à ce que j'ai exprimé dans le commentaire précédent.

Cela n'empêche pas que je passerai chez toi découvrir la musique que tu proposes.

Et donc bonne continuation à toi également.


fraize 28/07/2008 15:57

coucou !Je suis juste de passage sur ton blog pour te souhaiter la bienvenue sur boosterblog^^ pour que tu débutes bien dans les stats je te mets +5Moi je rends les +5 que l'ont me met tous les soirs ! Et exceptionellement je rends les com's x3 (à partir de 10 com's chez moi) jusqu'à demain soir minuit alors c'est le moment d'en profiter !
J'accepte les amis a partir de 20 com's sur mon blog !
Fraize-delicieuse.boosterblog.com(blog de montages de poèmes, stars, bébés, sondages et citations + de la super belle déco)

D&D 28/07/2008 23:13



Bonsoir,

Et merci pour la bienvenue et la présentation de l'offre. Ce n'est toutefois pas mon mode de fonctionnement : mon inscription sur divers annuaires ou groupes vise au référencement et non à
l'exploit statistique.

Désolé de ne pouvoir te suivre plus joyeusement donc, mais bonne continuation à toi.



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D