Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 22:41


Blue Collar - Paul Schrader 



Trois potes ouvriers dans l'industrie automobile américaine, leurs étroites conditions de vie ; trois mâles et leurs "contre-pouvoirs" : une entreprise, un "union" américain, voire la structure familiale pour deux d'entre eux. Ils vont s'unir pour un acte risqué, tentant, chacun à leur manière, d'approcher les mains du gouvernail, de flirter avec certaines libertés, autrement que par les ponctuelles "fêtes" qu'ils partagent en catimini…

Je trouve que : le point de tension entre l'idée d'une résistance collective et la (croyance en la ?) nécessité individuelle de chacun s'avère la perspective la plus vibrante du film. Les forces disloquant le groupe lui demeurent tout autant externes qu'internes, Paul Schrader insistant sur la manière dont le système n'invite qu'à la séparation.

Si l'invitation à suivre le trio fonctionne globalement, les forces externes restent nettement moins intéressantes, insuffisamment développées pour que l'on dépasse une évidente bien pensance et un nombre certain de lieux communs, les personnages ayant en outre particulièrement la "gueule de l'emploi", dans un sens assez restrictif.

Alors… j'ai de la sympathie pour la petite "party" et sa descente, par exemple, ou pour le "haut fait" et ses déguisements, enfin pour la sombre et bourdonnante poursuite de voiture : Blue Collar resterait un premier film plus que prometteur…

De là à en pincer vraiment pour Paul Schrader, il me faudra peut-être (re)voir davantage : je connais mal l'auteur, n'ai pour l'instant croisé que American Gigolo, Autofocus, The Walker, et maintenant Blue Collar qui m'arrête peut-être davantage, parce que…

 

Blue Collar - Paul Schrader


Par exemple, on dit parfois "mélange des genres", et je n'y connais rien aux "genres", mais je suis très séduit par les changements du ton, de mode, de mood, dans Blue Collar : ces évolutions révèlent particulièrement la belle fluidité des liaisons au fil du récit, et entre images - pas seulement au sens de l'art du montage, je crois -, depuis des moments presque légers jusqu'aux très sombres... Un art du glissement, des dérapages...

De fait les écritures, scénaristiques et filmiques, de Paul Schrader me semblent se répondre très étroitement tant dans leurs faiblesses que dans leur(s) force(s).

Ainsi, je me sens bien plus porté par la construction du récit que par l'histoire elle-même. Cela peut sembler paradoxal, mais : si une sorte de grand écart nous est proposé entre l'ouverture et la clôture du film, en évitant l'écueil du tour de force des écritures, Schrader enfonce tout de même de sacrés clous. Cette histoire m'apparaît une nouvelle fois épaissement programmatique, et dans un sans-appel presque suspect, comme poseur dans une forme contrariée de contentement de soi.

Les scènes elles-mêmes ne sont pas nécessairement inspirées dans leur savoir-faire évident plombé par un faire-savoir au marteau et à l'enclume, laissant les possibles au point d'impact… Je me serais ainsi bien passé de la scène finale avec sa reprise de "citation-clé" et son arrêt sur image.

Me reste donc une force sur le liant, sur la durée, sur le through… Et je me demande si ce n'est pas quelque chose de similaire qui me raccroche à la plupart des derniers Brisseau, dont la lourdeur du propos - voire des scènes - tend à me décourager, bien que Brisseau (me) questionne davantage, et de manière moins attendue… Ou bien : I'm not there de Todd Haynes, qui aura fait rire ou ennuyé bien du monde, et dont aucune scène ou séquence ne trouverait réellement grâce, mais dont le mouvement d'ensemble existe, fortement, à mes yeux… Bref, c'est une force singulière, à laquelle Blue Collar me confronte à nouveau. J'ai envie d'y être plus attentif, plus disponible. Et la ressentir plus précisément.
 



Harvey Keitel - Blue Collar
 

Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

Tietie007 28/10/2009 11:05


J'avais bien aimé ce film, vu il y a plus de 20 ans, en salle !


D&D 29/10/2009 18:32



Vu à sa sortie en salles ? Pas mal !



SysTooL 27/08/2009 17:13

Tiens, je n'en ai pas du tout entendu parler!!! Merci pour tes conseils avisés, D!!SysT

D&D 28/08/2009 02:29


Pour tout t'avouer, je n'en avais pas entendu parler, non plus...

Bon week-end odc' ;-)


Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D