Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 23:36


Control - Anton Corbijn

 
Etonnant d’apprendre via un bonus du DVD que le scénariste était surtout branché New Order, tant l’écriture ne confère ici aucune épaisseur aux membres du groupe encadrant le chanteur de Joy Division : des figures qui n’existeraient presque que relativement à leur fonction, en outre particulièrement minime, dans le récit (et dans son genre, la nouvelle petite amie n’est pas mal desservie non plus !).

Autre faiblesse remarquable, le flou total sur un contexte pourtant essentiel : quand ils parlent (bonus toujours) de Thatcher et de ce que la musique de Joy Division a pu représenter à l’époque, je me suis rendu compte que j’avais totalement déconnecté en regardant le film.

Pas de contexte, pas d’entourage, le tout d’une sagesse assez déconcertante (difficile de ne pas rester songeur alors quant à l’épouse de Ian Curtis, co-productrice du film) : si le comédien n’est pas en cause, loin de là, toute forme d’empathie envers l’idole elle-même me semble bien inaccessible. Qu’est-ce qui manquerait d’autre à l’écriture pour échapper à cette désagréable impression de « souffretage » adolescent ? Ce n’est sans doute pas le léger léché de la photo qui aide. En revanche, bien que n’étant pas un pur enfant du rock, un vrai plaisir me vient à la découverte des morceaux, en tout cas ceux en concert : beau travail du comédien là aussi (sans me poser donc la question d’une « fidélité » ou non).

A regarder le « making of » de Control et à entendre Anton Corbijn parler de son investissement émotionnel et de la charge émotionnelle du film, je me demande alors (sans oublier que ce qui déclenche l’émotion reste tellement personnel que le débat n’est jamais bien intéressant sur ce point) si la faiblesse de Control ne vient pas bêtement du fait qu’il a été écrit par une sorte de fan et réalisé par un mec qui a vraiment connu le groupe (ayant même déménagé pour ça, et faire des photos avec eux). MOIJE ne connais rien à Joy Division et ne parviens à rien projeter d’autre que ce que la matière du film me propose ; lui/eux doi(ven)t projeter beaucoup de choses, je n’en doute pas vraiment, mais le film me laisse orphelin.

Mieux vaut alors oublier Joy Division (ici) et le plus intéressant serait finalement le côté prequel de The American, la destinée d’un fantôme, notamment pour la toute fin du film (même minée en aval par son tout dernier plan, et en amont par le flash-forward lors de la séance d’hypnose, tous deux bien épais).

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

BAB 07/04/2012 07:03


Je l'ai déjà bien oublié ce film, et nous ne devons pas avoir tellement de désaccords sur son cas. Tu penses toujours autant de bien de The American ?

D&D 08/04/2012 02:38



Rhooo :-)))


Donc : oui. Sans attendre nécessairement monts et merveilles de ce réal' à l'avenir.


PS : si ça peut t'aider, pense à Violante...



comprendre 07/10/2011 19:33



Salut les D ! M'avait semblé écrire un truc là-dessus il y a
quelques mois ;) D'accord avec toi sur le groupe et la petite amie (belge, je crois me souvenir), il aurait voulu que ce soient des fantômes qu'il ne s'y serait pas mieux pris. Je regrette de ne
rien lire sur le poids psychologique qui s'amplifie au fil du film, aspect qui m'aura le plus intéressé (avec la performance de l'acteur principal) dans ce film là. Allez, parlons cinéma
maintenant. Tu sais quoi ? Je suis allé voir "Bienvenue à bord" le jour de sa
sortie. Un truc tout à fait improbable dans un moment de folie suréaliste. Aucune déception, c'était mauvais mais je n'en attendais rien. On s'en fout ? Ok ;) Bonne soirée ! comprendre PS : t'es
allé voir Chauvet ?



D&D 15/10/2011 01:13



Salut comprendre  !


Ben le poids psychologique n'a pas vraiment existé pour moi au fil du film : tu comprendras que ce cas m'aura semblé léger par rapport à mes propres dérèglements :-)


Est-ce que Lemercier est bien dans ton moment de folie ? Je l'aime beaucoup, elle.


Enfin, pas vu "Chauvet", non, mais je crois pouvoir dire : pas encore. Sincèrement, j'ai envie de le voir. Mais je suppose qu'il en est déjà question chez toi.


A très vite !



Neil 05/10/2011 22:58



C'est vrai qu'à part la destinée du personnage principal peu de choses me reviennent en mémoire du film. J'en garde tout de même une solide impression, j'avais aimé l'ambiance musicale (sans être
un fin connaisseur de Joy Division) et l'interprétation de l'acteur principal.



D&D 15/10/2011 01:30



Salut Neil,


L'ambiance musicale et l'acteur oui, là-dessus, nous nous rejoignons. Dans tous les cas, j'irai probablement voir le prochain film de Corbijn, s'il est un peu soutenu.


 



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D