Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 15:29

 

 

 

Pour le pire et-pour le meilleur - James L. Brooks

 

 

 

 

Me revoilà trouvant le peu que je vois plus ou moins surestimé. La Jalousie de Garrel, n'était ce qui peut concerner Mouglalis ou la petite fille, ne fait guère d'étincelle. J'aime bien, et ça m'intéresse assez, mais pas tant que ça non plus. Qu'est-ce qui pourrait bien me rester de Tel père tel fils à part le visage d'un petit garçon et un joli niveau général d'interprétation. Les intentions me touchent ; le résultat me semble surtout conventionnel, bien trop, pour ne pas dire relevant d'un certain académisme. Il peut faire partie des films trop éloignés de ma sensibilité, ou de mon goût, mais je n'en ai pas ici l'intuition tangible.

 

Il n'y a guère que La Vénus et la fourrure et The Wolf of Wall Street qui me retiennent, le premier pour de bon, le second je ne sais pas encore pourquoi. Peut-être que j'aurai surtout des réserves à son égard in fine. Peut-être plus du tout. J'attends de les revoir. 

 

Il n'y aura bientôt plus pour moi quoique ce soit à rattraper de 2013 encore visible en salles. Et aucun désir joyeux n'a pointé le bout de son nez sur les sorties de cette année (je n'ai envie de voir Nymphomaniac que dans sa version longue, au moins pour commencer). Est-ce que ça va continuer comme l'année dernière ? Est-ce que ce qui pourrait me nourrir pour de bon sortira essentiellement tout à coup, sur trois mois à peine, dans une ambiance générale appauvrie ? On m'a dit hier que les échos du festival de Berlin donnaient une compétition remarquablement faible, n'était l'enthousiasme alors d'autant plus concentré sur le film de Linklater. Bien sûr, Berlin, c'est probablement le festival à la programmation la moins stimulante pour quelqu'un comme MOIJE, mais si même là les gens commencent à tordre un peu plus le nez...

 

Je verrai bien. Let's "hope for the best". Pas même nécessaire de "prepare for the worst", pour le coup, ça viendrait bien assez tôt ! Mais cette inquiétude tend à se renforcer : que ça pourrait durer un peu comme ça, qu'il faut, vraiment, que je cherche autre chose pour me nourrir que ce que les distributeurs décident de nous montrer en salles. Bien sûr, il faut. Il serait plus que temps. Mais aussi il y a par là des choses qui me sont particulièrement chères dans le cinéma et qui n'en finissent pas de s'amenuiser : son accessibilité et le fait que c'est un truc qui peut se "partager". Que c'est encore, je trouve, l'art le plus accessible d'où que l'on vienne - si l'on n'est pas dans une misère sans merci aucune - ET qui peut se vivre dans une forme de "partage" synchrone et physique, plus ou moins riche, avec plus ou moins de malentendus. Mais quand même, quelque chose sur ce plan-là... pas : rien. 

 

Ça ne m'intéresse pas de devenir une espère de "spécialiste", ou qu'on puisse le croire. Ça ne m'intéresse pas de ne plus pouvoir discuter d'aucuns films ou presque avec mes proches non cinéphiles/vores/phages (d'autant que c'est le cas de presque tous !). Ça ne m'intéresse pas de ne pouvoir tenter de discuter qu'avec des gens pointus, assez dédiés, même si ça m'est extrêmement précieux, même si ça ne me dérange pas de l'être bien moins qu'eux, ce n'est pas ça. C'est que le cinéma c'était autre chose aussi. Et ça peut encore l'être sûrement, ça le reste parfois. Mais j'ai cette inquiétude. Comme une condamnation à l'exil. Et ça, ça ne m'intéresse pas. Peut-être que c'est très bien. Mais ce n'est pas moi. J'ai besoin que : ça va passer. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans MOIJE
commenter cet article

commentaires

JM 16/06/2014 14:08


Ca marche ;o)


Il est aussi arrivé à Godard de tenir des propos favorables au téléchargement, allant même jusqu'à aider financièrement un type qui devait payer une amende pour avoir téléchargé un de ses films.
Tu te souviens sûrement de cette histoire.


Du reste, je pense que toutes ses expériences de montage, de citations, ne peuvent et n'ont pu (à partir des années vidéo) être réalisées sans un net recul pris (dans son ''laboratoire'') sur
cette passion pour la salle qu'il fait aujourd'hui régulièrement revenir comme quelque chose de nostalgique, de lié à sa jeunesse.


Il regrette ou fait mine de regretter aujourd'hui, un temps et une pratique qu'il a lui-même largement contribué à dissoudre de manière radicale à une autre époque, cf le "FIN DE CINEMA" de
Week-end, par exemple.


à suivre... :o)

D&D 09/07/2014 13:41



Nostalgique ? Mélancolique ? Anything else ?


A suivre, JM, oui... ;-)



JM 15/06/2014 02:50


Salut David,

Tu opposes ma ''mystique'' à ton ''idéologie''. Ca ne me paraît pas non plus super fondé ici. Aussi bien je peux comprendre qu'on reproche à certains de mes textes sur les films de l'être
(idéologiques), autant vanter les mérites du partage ne me paraît pas forcément découler d'une idéologie particulière. Il peut d'ailleurs y avoir quelque chose de profondément religieux aussi
dans l'idée du partage.

Tu avances beaucoup de problèmes qui te travaillent avec l'arrivée du numérique, ce qu'on y perd. Mon intention était simplement de te rappeler ce que l'on peut y gagner aussi. Il faut certes
militer pour les salles de cinéma, mais je suis plus optimiste que Godard, plus proche de Daney pour le coup, qui voyait dans l'arrivée de la vidéo (à l'époque, mais on peut transposer ça avec le
numérique aujourd'hui) de possibles nouvelles formes de pratiques du cinéma, de réflexion autour des films, etc.


 


A plus tard...

D&D 16/06/2014 13:15



Bonjour JM,


Nous reviendrons donc moi sur le cinéma en salle et toi sur le téléchargement ;-)


Je te fais confiance pour Daney. Je me fais confiance pour Godard. Cela devrait bien donner quelque chose tellement c'est le monde à l'envers :-)))


A plus tard... 


 



dasola 01/04/2014 18:03


Bonjour D&D, un gros coup de mou à ce que je lis. Je te comprends. Depuis le début de l'année, je n'ai pas été enthousiasmée par grand-chose. C'est plan plan, il n'y a rien de novateur. Tous
les grands cinéastes ou presque sont morts. Rien de nouveau se pointe à l'horizon. Y a 10 ans, j'allais voir entre 150 et 200 films. Maintenant, j'atteinds tout juste la centaine. Bonne soirée et
bientôt (je le souhaite).

D&D 25/04/2014 14:01



Bonjour Dasola,


Désolé pour le délai de réaction, me voilà bien débordé depuis quelques temps. Le bon côté des choses : voilà trois mois que je n'ai pu mettre les pieds dans une salle obscure et le désir est
re(de)venu très fort, inquiet des circonstances, mais égoïstement intact. 


Il est vrai que par rapport au nombre de séances que je m'offris il y a dix ans, c'est la chute libre, mais ma foi : tant qu'elle est libre !


Bon week-end et à bientôt.


Et merci.



comprendre 04/03/2014 22:14


Le cinéma est une forme de "partage" synchrone et physique : c'est vrai, comme le DVD ! Un petit clin d'oeil pour te dire que nous sommes plusieurs à attendre ton commentaire définitf suite au
commentaire n°2 (de JM). Je t'ai imaginé lorsque tu l'as lu, j'ai ri.

D&D 13/06/2014 09:56



:-)))


Beeehhheheh j'ai répondu comme j'ai pu. 


J'attends qu'Isabelle Huppert me donne des cours pour faire aussi bien la
chèvre que le mouton !



JM 01/03/2014 08:07


Bonjour David,


Prends ton temps !


Un extrait du fameux texte d'Astruc sur la caméra stylo, datant de 48 :


 


''Il faut bien comprendre que le cinéma jusqu'ici n'a été qu'un spectacle. Ce qui tient très exactement au fait que tous les films sont projetés dans des salles. Mais avec le développement du 16
mm et de la télévision, le jour n'est pas loin où chacun aura chez lui des appareils de projection et ira louer chez le libraire du coin des films écrits sur n'importe quel sujet, de n'importe
quelle forme, aussi bien critique littéraire, roman, qu'essai sur les mathématiques, histoire, vulgarisation, etc. Dès lors il n'est déjà plus permis de parler d'un cinéma. Il y aura des cinémas
comme il y a aujourd'hui des littératures, car le cinéma comme la littérature, avant d'être un art particulier, est un langage qui peut exprimer n'importe quel secteur de la pensée''


 


http://fgimello.free.fr/enseignements/metz/textes_theoriques/astruc.htm

D&D 25/04/2014 13:58



Salut JM !


Tu vois, je reste contraint de prendre bien plus mon temps que je ne l'aimerais vraiment. Merci pour ces sources supplémentaires. Hâte de me replonger dans cet échange.


A +


Complément de réponse du 13 juin : bon, ce n'est pas que cet extrait ne m'intéresse pas, mais il relève à mes yeux de ton agencement avec une idéologie du
téléchargement. 


Je ne sais pas si je suis "mystique" parce que j'aime être en salle de cinéma. Ce que je sens : il y a dans ce lieu une intersection avec une salle de spectacle vivant ne serait-ce que parce que
"beauty is in the eyes of the beholder" (je cite à la grosse louche).


Le cinéma n'est pas seulement un langage pour moi, c'est un art. Je ne sais ni ne veux donc le réduire aux idées qu'il entend véhiculer. Je leur prête attention, ni plus, ni moins. 


Je formule brut. J'y reviendrai sans doute. ;-)



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D