Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 15:58



L'Arbre et la forêt - Olivier Ducastel et Jacques Martineau 
 

Il fait un peu froid dans ce film, et tout y est un peu étroit, écrasé par son sujet/ossature, sa "mission" pédagogique. Les travers du didactisme, de dialogues tout en explications, nécessitent même le sacrifice (presque paradoxal) des trois autres hommes du film : Pierre-loup Rajot, François Négret, Yannick Renier ; pures figures de démonstration, avec lesquelles ces comédiens, que je ne demanderais qu'à aimer, font ce qu'ils peuvent. Une proposition dont s'emparerait donc bien vite un revival des Dossiers de l'écran. Est-ce que c'est tout ?

La tenue de L'Arbre et la forêt reste évidemment d'éviter de patiner dans le pathos, sans s'interdire la carte de l'émotion. Il y a notamment cette phrase : "Je ne liquide pas mon passé, je ne le laisse pas m'engloutir.", que le film parvient à faire entendre. Il y a un chemin  encombré, à la terre trop lourde, qui réussit pourtant à mener à cette phrase-là, et qu'elle étreigne tout à coup, et que les feuillages en bruissent.

Cela repose beaucoup sur Guy Marchand (Frédérick), spectral et colossal à la fois, magnifique de bout en bout, et sur trois générations d'actrices : Françoise Fabian, Catherine Mouchet et Sabrina Seyvecou. Elles seules, les actrices comme les personnages, parviennent à préserver une part autonome, voire secrète, qui pourra dialoguer - dans le vif - avec la forêt Frédérick, quand les hommes ne font qu'y errer leur principe moteur (respectivement rejet pur, conflit systématique, et amitié immédiate).

Ce n'est pas aller chercher bien loin, de ma part au moins, mais entre tous ces arbres et ce sentier vers une révélation, je ne peux m'empêcher d'associer ce film aux contes, et alors d'apprécier que ce "détour" parvienne à nous faire approcher une horreur inimaginable qui a pourtant bien existé. Je pense ainsi à ce premier plan, très beau, où un chien qui surgit tétanise Frédérick, où l'on peut aisément partager cette petite terreur première, et depuis elle, s'enfoncer plus encore au fil du film.

Contre les exclusions, de la société et de l'Histoire, Olivier Ducastel et Jacques Martineau délivrent leurs successions d'arbres et d'histoires. Deux plans réussiraient à se dégager du programme et à l'épanouir : un au-delà de la vie et de la mort que fixe silencieusement Frédérick en écoutant du Wagner (extraordinaire visage de Guy Marchand), un plan que j'imagine en ballon et qui semble courir sur la cime des arbres. Reste aussi la progression de notre regard, sur l'arbre du titre, véritablement vers l'amour. Alors ce n'est pas rien. Il est donc bien dommage et inutile de voir cette "révélation" soulignée par le jeune couple, qui nous arrache à l'étreinte que nous sentions naître, en se l'appropriant, là encore, démonstrativement.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

dasola 19/11/2010 17:15



Bonjour D&D, j'avais fait une mini chronique sur ce film le 29/03/10. Je suis assez d'accord avec ton billet. Guy Marchand et la musique de Wagner dominent l'ensemble. Bonne soirée.



D&D 19/11/2010 21:07



Bonjour Dasola,


Je m'en vais lire ça tout de suite !



voyance 12/11/2010 14:27



j'ai aimé drole de félix



D&D 16/11/2010 00:33



c'est dit



Neil 06/11/2010 18:54



De Ducastel et Martineau j'ai vu Jeanne... et Crustacés...
Beaucoup aimé le premier, bien aimé le second.
A approfondir.



D&D 07/11/2010 02:12



Jamais vu Jeanne, mais je suis très fan de Coquillages &... !


Bon souvenir de Drôle de Félix aussi. Tu ne l'as pas vu ?



Coumarine 04/11/2010 22:20



euh... je viens te faire un tit coucou...


te dire que je ne t'oublie pas;-))


 



D&D 05/11/2010 02:44



Merci de ton coucou.


Je suis moins présent, et plus silencieux, mais pas trop loin quand même. ;-)


Je t'embrasse.



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D