Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 02:08


Jérémie Elkaïm & Valérie Donzelli - La Guerre est décl


Lors d'une scène de consultation auprès d'un chirurgien le couple apprend deux choses sur l'évolution de la maladie de son enfant tandis que, dehors, les proches attendent ce verdict qui leur parviendra en différé. Deux choses : une "positive", l'autre pas. "On ne garde que le positif" : le couple tombe immédiatement d'accord pour n'aller répercuter que la nouvelle encourageante. Rien à redire à cela en soi, mais mon inquiétude devant le film dans son ensemble est de douter de la place qui m'est (spectateur) réservée, de craindre que ce ne soit in extremis une place similaire à celle des proches dans cette scène. Et je me demande si c'est possible, je peine à comprendre quelle place plus "vraie" je pourrais prendre avec ce qui m'est délivré au fil du film.

Une semaine après avoir découvert La Guerre est déclarée, me reste l'affirmation d'une énergie (lestée par un volontarisme ponctuel) et d'un ton… J'aime bien Valérie Donzelli et son geste me paraît résister aux travers (nombreux, je pense) du film, mais la rencontre a déjà eu lieu avec La Reine des pommes, qui malgré sa pauvreté financière (et l'image assez dégueulasse qui en découle) me semble à la fois plus fragile et/mais plus juste, plus en adéquation dans son déroulé avec ses enjeux, quelque chose comme ça. Sans dire même qu'il serait meilleur que ce second film, plus ample, je l'aime plus simplement, plus évidemment, je le trouve plus "entier". Pour d'autres raisons, entre racines autobiographiques et résistance(s) au(x) malheur(s), je pense aussi (sans préférer nécessairement son film par ailleurs) au My Little Princess d'Eva Ionesco, plus "entier" aussi, c'est le mot qui me vient le mieux.

Alors, tout de même, je me sens entravé : le film n'aurait peut-être pas dû tant sacrifier l'enfant (presque un paradoxe) et son parcours pour grandir vraiment ; ça m'interroge ces gens qui se montrent au fond à leur meilleur (ce serait aussi une des difficultés d'appréhender le film que d'avoir à le démêler d'un parcours aussi "incontestable"), ce qui serait aussi une politesse, mais pas que (tant bien même l'écueil ne serait pas ici le narcissisme) ; est-ce que la vitalité c'est filmer des gens qui courent, une fête foraine, ou tendre trop régulièrement au clip ?... J'aime bien La Guerre est déclarée, mais je me sens divisé face à lui, je pers pied devant ce qui me semble être trop d'esquive*. Est-ce que je suis en train de demander à Valérie Donzelli de faire un autre film que celui qu'elle a voulu ? Est-ce que je dérape vers ça au lieu de regarder si ce duo accomplit sa volonté ou la trahit réellement un peu ? Sans qu'elle soit désagréable ni méchante, j'ai un peu (mais pas que) la sensation de me faire avoir.



* Autre exemple qui m'embarrasse : lorsque les parents apprennent la gravité de la situation et lâchent quelque chose comme "il nous faut le meilleur chirurgien" ; ce serait le reflexe formulé de bien des parents, mais le film passe sous silence comment eux, ils l'ont, ce chirugien désigné comme le meilleur (même depuis Marseille), quand beaucoup d'autres ne l'auront pas. C'est encore une esquive qui trahit le réel, sur un terrain-clé du parcours, et préserve au film à bon compte son souffle séduisant.
 



PS : pour lire plus tranché que MOIJE, il y a matière entre la réserve d'Erwan et l'enthousiasme d'Asketoner, ou celui sur critikat. Enfin, tout cela ne m'empêche pas de trouver Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm bien sympathiques, notamment via cet entretien aux Inrocks.

 

Edit du 19 février 2012 : j'aime aussi lire ces notes de Valérie Donzelli, en regard sur son vécu de 2011.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

Les meilleurs films 30/10/2011 20:56



Analyse très intéressante qui se défend fort bien !



D&D 31/10/2011 09:52



Bonne chance pour votre aventure.



Thomas Grascoeur 23/10/2011 21:59



Point de vue intéressant ; belle énergie en tous cas !



D&D 25/10/2011 02:59



Ça pour être belle, elle est belle :-)



Neil 21/10/2011 19:03



Je comprends ce que tu veux dire. Evidemment le film est plein d'énergie, mais également de défauts. Et j'ai tendance à penser que ses défauts en font son charme. Rest qu'il n'est pas parfait,
loin de là.



D&D 22/10/2011 16:47



Bonjour Neil,


Les défauts qui font le charme, c'est sûrement trop rarement ma manière de voir les choses. Reste que je ne raterai sans doute pas le prochain film de la donzelle, ou du duo.



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D