Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 01:52

        

Shu Qi - The Assassin - Hou Hisao Hsien

Shu Qi - The Assassin - Hou Hisao Hsien

 

Parlant un peu ciné avec quelqu'un, je lâche que pour l'instant The Assassin se démarque très nettement du reste des sorties de cette année, qualitativement. Je garde pour moi le "encore une année de merde pour le 7ème art" qui continue de m'attrister (merci le numérique !).

 

L'autre me répond quelque chose comme "je comprends tout à fait qu'on puisse apprécier ce film, malheureusement je dois avouer que moi je me suis endormi deux fois"...

 

So what ? 

 

Parce que : la première fois que j'ai vu The Assassin, je pense que j'ai dormi grosso-modo LA MOITIE du film. Sérieusement.

 

Je recommence.
 

 

Mère et fils - Alexandre Sokhourov

Mère et fils - Alexandre Sokhourov

 

Je me souviens de la première fois où je me suis endormi au cinéma : Mère et fils d'Alexandre Sokhourov. Je me sentais tellement bien. Je n'ai pas résisté. J'ai pensé : "je reviendrai". J'ai lâché. Je ne portais pourtant pas autant de fatigue qu'aujourd'hui évidemment, mais tout de même, il y avait déjà un tel divorce avec le quotidien (c'était avant les smartphones, même avant la généralisation des mobiles, tu imagines ?). C'était délicieusement intenable. Et je me sentais si profondément connecté...

 

La première fois que j'ai vu Three Times (ce cher Hou, encore !), Still Life...

 

Bien sûr, ça m'arrive maintenant de m'endormir devant des films moins importants (pas les mauvais). 

 

Il y en a aussi que je n'ai pas encore réussi à revoir, durée de vie en salle sans cesse rognée oblige.

 

Mais : je les ai presque tous revus donc, et à chaque fois, les revoir a été une vraie fête. Là : je ne risquais plus de fermer l'œil. C'est marrant, quand même... 


 

Still Life - Jia Zhang-Ke

Still Life - Jia Zhang-Ke

 

Quand j'ai revu The Assassin, j'étais insatiable, j'aurais voulu que ça dure le double, j'attends d'ailleurs de le revoir encore... Décence possible des "rétrospectives" 2016 à venir ? 

 

Mais la première fois... Il y a un tel arrachement à nos quotidiens hyperactifs, sur-sollicités, sur-désinformés ; une telle rupture avec les montages speedés voire épileptiques des productions dominantes ; et d'inattendues retrouvailles avec un rythme biologique (le plus souvent) oublié ; une place si importante restituée au spectateur (qu'en faire, mon dieu :-))) ), j'en passe...

 

Tout à coup : le refuge, la respiration, et dans les cas cités, l'éblouissement esthétique...

 

And it feels so much like our most secret home... You can sleep now... It's gonna be alright.

 

Arrache-moi encore. Assassine mes égarements.
 

 

Shu Qi - The Assassin - Hou Hisao Hsien

Shu Qi - The Assassin - Hou Hisao Hsien

Repost 0
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 00:55

Ce billet est un sequel de Scream : joyeux anniversaire…

 

 


John Carpenter

 

 

 

Pourquoi cette idée de peur générationnelle a surgi en voulant souhaiter un bon anniversaire à Scream ?… La remarque de Fredogino m'a aidé à y voir plus clair. Je ne crois pas m'accrocher à tout prix, alors je me lance…


Je trouve que : Psychose, vraiment, ça m'a fait très très très très peur à la télé quand j'étais môme. Les Dents de la mer, aussi, sans doute. Les Oiseaux, sûrement, j'ai vu plus tard. Et en même temps...

 

Je vais faire un petit détour qui devrait m'aider : Les Frères Karamazov est un de mes livres préférés (de ceux qui feront le voyage sur l'île déserte). Lu deux fois à ce jour. Je vénère Dostoïevski. Pas tout lu, pas encore, loin de là, mais bon…. J'ai lu, par exemple, Crime et Châtiment et L'Idiot, et jusqu'ici tout va bien. J'admire Crime et châtiment *, je craque totalement pour L'Idiot. Bon. Les Possédés attendent chez moi, depuis quelques années déjà, je les lirai un jour : je vais certainement vénérer, j'ai l'amour inconditionnel. Je tiens à l'amour inconditionnel. Pas fanatique. Pas fan. Inconditionnel. J'y reviendrai peut-être. Bon. Quelques années que le livre poiraute. Quand le nouveau Bret Easton Ellis va sortir, autre exemple, je vais le lire aussi vite que possible : certitude. Dans mon panthéon personnel, Bret Easton Ellis n'est pourtant pas supérieur, même si je ne suis pas du genre à éviter toute hiérarchie : Tarkovski et Verhoeven, exemples toujours, je n'ai pas de scrupule à ne pas mettre au même niveau. Je suis un inconditionnel de Tarkovski et j'aime Verhoeven, mais bref… Peut-être que je trouve Dosto plus grand qu'Ellis, je ne sais pas, le contraire, non, j'en suis sûr, alors la raison du décalage précité serait quelque chose comme : le bonheur de la contemporanéïté.

 


Cillian Murphy - 28 Days Later

 

Le "petit" raccourci, qui m'a fait sauter de "redoutablement intime" à "générationnel" dans le précédent article, pourrait se situer par là… Hors toute appréciation strictement critique, il y a… une forme de préférence, un amour particulier, une injustice donc en faveur du contemporain. En tout cas pour moi. Je ne dis pas tout le monde.
 
Mais je trouve que : ce n'est pas seulement réducteur. Je ne vois pas de contradictions, ou alors fructueuses, avec le fait de reconnaître une forme d'intemporalité et d'universalité dans les œuvres (cf scotch perso Dosto). Mais, pour faire très court, quand on vit un quotidien dont le squelette a intégré l'informatique, la vidéo, la surmédiatisation, internet ou encore la démocratisation / vulgarisation de la psychanalyse (qu'on y adhère ou non), exemples toujours, on n'est pas seulement dans l'anecdotique. Quand une œuvre comprend ça, elle a un impact particulier pour celui qui lui fait face. Tout cela interagit aussi avec notre intimité et la question peut devenir jusqu'à quel point, jusqu'à quel point ça génère du possible (et la forte reconnaissance d'une œuvre contemporaine) ou de la perte (et la forte reconnaissance d'une œuvre non strictement contemporaine). 

Il n'est donc pas question de poser que Le Silence des Agneaux est un meilleur film que Shining ou Psychose. Mais le Silence des agneaux étaient méchamment synchrone avec moi alors ça m'a double méchamment scotché au fauteuil !

  


Anthony Hopkins & Jodie Foster - The Silence of the Lambs

 

Mais… (non : j'ai pas fini, mais merci à ceux qui tiennent)… Là vient ma réflexion, encore bien courte, sur l'adolescence et la "maturité" de spectateur. Qu'est-ce qui peut faire que la terreur infligée par Psychose à ma cervelle de mioche retient finalement moins mon attention que Le Silence des agneaux ou Scream, au niveau de la peur ? En plus de la contemporanéïté…

 

A chacun son chemin : par exemple, moi, je viens d'assez loin… Dès ma première séance de cinéma, j'étais devenu accro. J'avais trois ans. Et pendant longtemps ce sont mes parents qui m'ont emmené au cinéma. Et pour eux, la salle de cinéma est avant tout un lieu de divertissement. On commence par là. Je ne dis pas tout le monde. Bref. Ici, c'est une question de temps et de naissance de l'amour. Parce qu'au départ, non : on ne peut pas dire amour. On peut dire accro, ou passion, ou ce que tu veux, mais pas amour. Je trouve que : aimer, c'est comprendre. Pas intellectuellement. Et paradoxalement ce n'est plus seulement projeter donc, mais voir : ce qui est projeté. Evidemment on projette toujours un peu, rien n'est pur, je passe. Quand on fait un chemin comme ça, vers un art, depuis l'ignorance la plus totale jusqu'à ce que l'on sent être de l'amour, et qu'on le fait assez seul, avec du temps, en voyant des films, en lisant des articles (de l'exposition des goûts et des couleurs jusqu'aux tentatives réellement critiques), et surtout, évidemment, en vivant, il y a donc quelque chose qui ressemble à : 

    -  l'enfance : j'absorbe. Tout dans la tronche. C'est bien, sûrement ouvert, mais la conscience du cinéma en tant que tel n'existe pour ainsi dire pas : je veux dire que la peur inspiré par Psychose quand on est enfant n'est presque pas liée à sa nature d'œuvre cinématograhique, au plus près il y a le rapport à des images et une histoire, mais comme dans les contes, ou la télé en général, ou une photo, une BD. 

 


Bryce Dallas Howard - The Village
   
 

      -  l'adolescence : prise de conscience du cinéma en tant que tel et là se dessine ce que j'appellerai mon système d'intolérance (va bien avec l'idée de ne pas tout foutre au même niveau). Tout art se découvre, et ça n'en finit pas. Je ne sais pas où j'en suis. Mais je sais où je n'en suis plus. Il y a les grands, il y a les lapins facétieux, qui peuvent très vite nous perdre. Tout le monde n'arrive pas par les mêmes chemins. Les lapins sont précieux même si pas forcément brillants. Parfois indispensables. Souvent, quand on vient de loin, la première approche du cinéma passe par une découverte formelle, je crois. Par exemple, moi, je pense que Greenaway à un moment, ça m'a fait prendre conscience d'un certain nombre de choses. Evidemment, on peut mourir là. Ou y agoniser. Mais si on ne fait que passer, ça peut-être précieux. 

     - la vie : oui, plutôt que la maturité, parce que ça vit, quoi, c'est pas figé. Enfin on espère. Autrement dit, soit je suis devenu un vieux con, soit il y a une dizaine d'années maintenant j'ai passé un cap. Voilà, perso, vers les 25 ans, je crois que je suis entré "dans la vie", en cinéma, même si ce n'était que le début, mais : les déplacements de réception d'une même œuvre depuis lors sont moins "radicaux" (ce serait à préciser, car ça n'est donc pas non plus statique). 

Tout ça pour dire que : si peur générationnelle il y a, si point d'entrée il y a, il serait au plus tôt à l'adolescence (cinématographique donc). Le Silence des agneaux, moi, c'était pile dedans.
 




Paul W.S. Anderson


Et pour enfin finir !… Pourquoi donc un point de sortie ? Franchement, je ne suis pas sûr. Ce n'est qu'une hypothèse (le reste aussi, mais là c'est pire….). Peut-être que je vais avoir de monstrueuses chocottes un jour d'une manière totalement inédite. Pourquoi Scream reste, une impression particulière pour moi ?... 

Quelques sentiments pas forcément contradictoires. C'est à cette période que j'ai quitté mon adolescence cinématographique. Evidemment, je ne l'ai su que rétrospectivement. Du coup, ça peut relever de quelque chose comme la perte d'une virginité. Le Silence des agneaux, c'était vraiment le cœur de l'adolescence cinématographique (ce qui ne veut rien dire en l'occurrence sur le film lui-même mais bien sur mon histoire). 

Et puis, moins drôle, mais… c'est peut-être quand on entre dans la vie (parce qu'évidemment, dans mon cas, l'entrée dans la vie, et l'entrée dans la vie cinématographique sont parfaitement synchrones, tandis que je me sens très adolescent en arts plastiques, par exemple), allez disons le mot, la vie d'adulte, c'est peut-être précisément là que l'on commence à décrocher, que l'on commence à ne plus être soi-même… totalement contemporain. Je ne sais pas si ce que je dis est très con ou trop évident mais… Sans avoir du tout l'impression d'être à la masse et total largué, il ne me semblerait pas aberrant, même à pas encore trente-cinq ans, que l'extrême contemporanéïté du monde (qu'est-ce que je raconte ?) ne relève plus de ma génération, pas essentiellement, pas intimement… Il y aurait alors un point de sortie. Il y a des choses sur lesquels de plus jeunes gens flippent à mort aujourd'hui parce que ça dit des choses propres à leur quotidien que je ne soupçonne pas de l'intérieur. Même si je peux le lire ou réfléchir dessus, savoir que ça existe, c'est autre chose.
   

 



Jeepers Creepers


Bon. C'était quand même bien d'avoir été contemporain quelques jours. Le silence des Agneaux et Scream, ça me va. Ce n'est pas Psychose ou Shining, je sais bien. Mais quand même, oui, c'était bien. Non : c'est bien. Et j'ai encore peur. Alors, ça va.







* Ça n'a rien à voir, mais j'adore Babar, parenthèse donc : ce que j'adore notamment avec Crime et châtiment, c'est ce qu'en a dit Nathalie Sarraute. En résumé, après avoir écrit ça, Dostoïevski aurait pu, presque légitimement, se dire : "a y est ! j'ai fait mon chef d'œuvre, regardez comme il est beau, toute une vie pour arriver à ça, je ne pourrais pas aller plus loin". Sauf que non, il continue à vivre, il ne raccroche pas (et Manoel de Oliveira) et il fait Les Frères Karamazov. La fête, quoi. La vie en plein. On ne meurt qu'une fois, c'est entendu, mais pas avant, manifestement : c'est déjà pas si mal. Je retiens ça.



Milla Jovovich - Resident Evil

 

 

 

(Billet remis "au propre" le 23 février 2012)

 


Repost 0
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 20:03

 

Scream - Wes Craven

 

HAPPY BIRTHDAY TO YOU...



Avoir peur au cinéma. Très peur. Assez rare. Redoutablement intime... Générationnel aussi ?


Quand j'ai vu l'Exorciste ou Shining, au fond, je n'ai pas eu peur. C'est la génération d'avant. Je trouve. Ce qui m'intéresse ici : cette chose entre suspense et angoisse insoutenable. Pas l'effroi. Pas l'horreur. Ou la surprise. Même si l'effet de surprise est souvent la cerise sur le gâteau, presque obligée, et libératrice… Scream est sorti en France il y a tout juste dix ans, et la séquence inaugurale reste le moment le plus terrifiant que j'ai vécu dans le genre… depuis dix ans. Ensuite, dans ce que j'ai vu, je n'ai pas tout vu, me reviennent surtout : Event Horizon, Resident Evil et The Village. Voire 28 jours plus tard et Jeepers Creepers (en DVD). Ah oui, le truc dans le métro à Londres, découvert en DVD aussi… Creep. Le cas particulier de Ghosts of Mars dont j'espère que j'arriverai à parler une autre fois. Peut-être Cabin Fever. La peur perd beaucoup de la salle au petit écran. Moins vrai si l'on regarde le film seul dans le noir avec un casque…


Qu'est-ce que je veux dire ?... Je me demande si la peur est desservie au cinéma depuis dix ans ; ou si je suis sorti du truc. Je me demande si la génération d'après me ferait remarquer qu'il y a des trucs carrément plus flippants que Scream, mais si je les vois moi... ben... non... même pas peur, pas vraiment, comme Shining ou l'Exorciste.


Pas sûr, mais : peut-être. Peut-être Scream est le point de sortie pour moi (et peut-être le point d'entrée des ados de l'époque ; si point d'entrée il y a, ce serait à partir de l'adolescence, au cinéma, pas avant : l'enfance se suffit à elle-même pour ça, et la grande peur au cinéma aurait à voir avec une connexion inattendue avec les peurs d'enfance, donc il faudrait en être sorti ?). Je me souviens parfaitement du point d'entrée : le Silence des agneaux. Le seul film où j'ai été littéralement terrorisé de la première à la dernière image. Je revois Jodie Foster courir dans les bois et j'ai déjà l'impression que je vais crever. Je revis Bill l'observant dans le noir, impuissante avec son revolver branlant à la main, et ç'aura été le sommet de l'intenable pour moi. Mon climax de peur cinématographique. Sûr : hors idée de point d'entrée et de sortie, le Silence des Agneaux et Scream auront balisé la peur de ma génération.


Alors je pourrais devenir aussi totalement vieux con (mais en plus d'être un tantinet nostalgique, ça va faire beaucoup), et me dire que Scream aura été, à ce jour, le chant du cygne de Wes Craven plutôt que sa renaissance. Depuis, il encaisse les biftons, tant mieux pour lui, même si ça nous impose un délayage de franchises souvent ingrat… Certes, la fin de Scream, malgré l'alibi de l'ironie tellement idéalement salvatrice, laissait bien paraître l'espace un peu trop lâche entre les neurones de Kevin Williamson. Quelle importance…


Je reste accro à Drew Barrymore. Quand je remettrai le DVD, j'aurai encore envie qu'elle s'en sorte, que la voiture de ses parents se gare plus vite et qu'ils regardent dans la bonne direction ou qu'ils s'achètent des oreilles, je ne sais pas, n'importe quoi. Bref, c'est un peu beaucoup son anniversaire à elle aussi…


Euh… Bouh !




PS : une suite à cet article ici 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D