Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 01:10

 

*** Total Spoiler Attitude ***


 

 

The American - Anton Corbijn

 

 

 

 

Passés prologue et introduction, le générique de The American pose un des principaux leitmotiv du film : Jack/Edward/Eduardo conduit. Cette scène de l'homme au volant restera caractérisée par l'impression de sur-place que génère un tunnel trop long. Pourtant : quelque chose est en mouvement. Presque malgré soi.

 

MOIJE trouve poignant ce nouveau parcours de l'acteur George Clooney, aussi par sa forte connexion avec ses deux autres grands rôles - je n'écris pas grands films -, Solaris et Michael Clayton. Quand il ne fait pas ses numéros de charme - Ocean's et consorts - ou de comique - essentiellement chez les Coen -, la star s'entête à incarner ce mélange trouble et dépressif de tentation absolue de l'inertie et d'irrépressible résistance du vivant : l'impossibilité d'être mort, tant que le corps ne l'est pas. Chris Kelvin, Michael Clayton et l'américain sans nom diffractent une même figure spectrale de l'absence à soi et son impossibilité, tant bien même l'on se cantonnerait à être chair à chimères, chair à fric ou chair à canon. Chris Kelvin ne se demandait pas : "Am I alive or dead ?" uniquement pour des commodités métaphysiques ; Michael Clayton ne se plaisantait/présentait pas in extremis : "I'm Shiva. The God of death." par pur jeu. Cette fois davantage encore, tueur professionnel oblige - donnée efficacement acquise en ouverture -, George Clooney porte haut l'art du silencieux, via une puissante et non spectaculaire intensité physique : ses pas mêmes, ici, ne feront plus de bruit (beau moment de la poursuite déchaussée).

 

 

 

George Clooney - The American (04)

 

 

Cette défaite - au sens aussi où le personnage est dé-fait -, au moins provisoire, de ces trois hommes que nous rencontrons à chaque fois après leur déflagration intime, trouve ici sa parfaite caisse de résonance - et alors de pure implosion - dans la conduite du récit que délivre Anton Corbijn. La trame a beau être d'un classique épuisant - ce qui peut être bienvenu ici, malgré un lot de maladresses (efficiency old-school et fatigante du personnage du prêtre) ou d'invraisemblances (la trop grande beauté de Violante Placido) certainement dispensables -, elle s'appuie sur un très singulier flou permanent : il n'y aurait pas d'instant précis où les choses, les actes, les idées, les sentiments, se déclenchent. Il ne serait pas raisonnable d'affirmer avec certitude à quel moment exact Pavel décide de se débarrasser de Jack, à quel moment le prêtre sait à qui il a affaire, à quel moment Edward se convainc de l'innocence de Clara, etc. Les ressorts les plus simples se démultiplient (et le marteau d'une cloche peut couvrir le son d'un tout autre marteau), derrière la pure linéarité d'un récit pour ainsi dire basique, donnant au film sa sombre et glissante beauté, son fragile éclat de fantôme, à l'instar du personnage à la fois éclatant de précision dans ses actions muettes et tueur flou.

 

 

 

George Clooney - The American

 

 

L'étrange harmonie de cette œuvre au rythme lent, marqué par le silence et des alternances chromatiques simples et nettes (rouge d'une chambre, bleu froid de bistrots, doré des pierres taillées sous les lumières nocturnes, etc.), réside alors dans cette quasi-impossibilité de recourir à des termes tels climax ou anti-climax pour en qualifier les principales vibrations, même lorsqu'elles s'arment de romanesque comme pour le finale. Le certain et l'incertain sont si intimement mêlés que cette chroniques d'une mort annoncée échappe à la programmatique comme au poids du calcul pour laisser se déployer tragédie et paix, chacune certaine et incertaine. Dès lors, même la toute fin, et quelles que puissent être ses visées émotionnelles, reste irréductible, voire malaisante. Car un american, nous rappelle ce satané prêtre, c'est aussi celui qui pense qu'il peut échapper à l'Histoire, qui ne vit que pour le présent. Et le présent, au croisement du bouddhisme new age et des croyances libérales béates - quoi de plus purement libéral qu'un tueur à gage ? -, n'est que l'aboutissement des actes et des pensées qui l'ont invité : il est l'accouchement perpétuel de l'épuisement progressif de l'histoire qui y conduit. La catastrophe, qui commence là où ton destin cesse de t'appartenir, n'y a pas droit de cité. Cette logique serait pourtant ici tout autant à l'œuvre que sa contradiction. Le point d'arrivée n'est pas romantique, l'amour et la mort y attendent tous deux, mais distinctement. Il faudra le vœu, ou pas, de chaque spectateur, pour décider si l'american a suivi sa route vers l'un(e) plutôt que l'autre. Tout autant ne s'agirait-il que de choisir quelle femme regarder lorsque l'on peut enfin fermer les yeux : dans le même temps, l'homme n'aura fait que construire l'arme censée le tuer, quitte à la renverser, quitte à échouer incompréhensiblement (et donc réussir ?) via une sorte de deux-ex-machina. Rien n'empêche évidemment de prendre l'histoire à la lettre, et de ne croire alors qu'en la catastrophe, mais son contrepoint ne se laisse pas oublier pour autant.

 

 

 

George-Clooney - The-American (06)

 

 

Au fil du temps imparti, l'american découvre autant de traces et d'indices de sa mort (impossible avant l'heure donc mais son masque est là) que de sa vie (progressivement désensevelie et c'est la lente renaissance d'un visage), ce qui n'est pas sans m'évoquer The Ghost Writer, dans l'idée où le tueur ici coïnciderait à la fois, dans le même mouvement, avec le nègre et avec l'écrivain déjà mort du film de Polanski. Amusant de penser que là, un livre tuait franchement, alors qu'ici, il aurait pu sauver la vie. Ici, on meurt avec le regard, par un pare-brise, par un viseur, et l'on fait du shooting pour de bon. Mais je dérape, il y a tant de lacets : ils vont et viennent entre Jack, Edward et Eduardo, entre Mister Butterfly et Signore farfalla. Et puis, avant peut-être d'avoir révélé son nom ou de l'être devenu, le visage s'est tu. 


 

 
The American - Anton Corbijn (02)

 

 

 

 

 

PS : quelle que soit la durée concrète de leur rôle respectif, et même si le cœur des trois films tient dans l'agonie/renaissance d'une ombre, que je m'amuserais maintenant à nommer le dé-faîte d'un homme, il ne me semble pas anecdotique de noter que l'accomplissement de ces parcours n'est permis que par le contact avec des femmes bien plus denses et complexes que les stéréotypes hollywoodiens habituels, et impeccablement incarnées dans chaque cas. J'espère donc bien revenir un jour sur Natascha McElhone et Solaris, Tilda Swinton et Michael Clayton. La profonde ambivalence de The American s'exprime alors aussi via un duo : Thekla Reuten (Mathilde), l'alter ego, à laquelle reviennent deux des plus brillantes scènes du film (la livraison de l'arme et auparavant le test dans la nature, peut-être la plus belle séquence via sa charge érotique très haute tension), et Violante Placido (Clara), l'amoureuse, exaltante et magnifiquement directive (l'invitation au restaurant, la scène du restaurant elle-même). Le dernier mot, au moins dans le film, de l'une est "Jack", celui de l'autre, "Eduardo" ; et cela tend encore à brouiller le sens du dernier "Eduardo" crié…


 
The American - Anton Corbijn (03)


 

 

PPS : ne pas manquer les billets d'Asketoner et d'Erwan Desbois sur le film.

 

 


Partager cet article

Published by D&D - dans TOIQUIVOIS
commenter cet article

commentaires

comprendre 06/08/2011 13:30



Donc, depuis, j'ai vu The american. Un peu la même critique que pour control : trop long (d'au moins 20 minutes) et plombé par sa source. Trop long, ce n'est pas qu'une question de tempo, prendre
son temps c'est une chose, manquer d'efficacité en est une autre. La source : c'est surtout le fait d'être dans une linéarité de narration, tu en parles d'ailleurs, il est probable que
l'adaptation du livre soit une merveille de transposition. Sauf qu'on n'écrit pas un livre comme on écrit un scénario de film, il n'y a pas les mêmes artifices de valorisation. Quelques scènes
plaisantes, bien sûr : comme toi, j'ai apprécié la sortie armée au bord de l'eau, la course dans le village italien (très bien utilisé sur le plan visiuel, ce village, mais ça on se l'ait dit),
la scène du restaurant (celle de la fin, avec la tension). J'ai aussi apprécié la scène de construction de l'arme, celle qui dure. Mais voilà, film DVD ou pas, film vu un mauvais jour ou pas, il
ne m'a pas laissé grande impression ou grand souvenir. Vu le lendemain, la comédie intolerable cruelty, qui n'est pourtant en rien un chef d'oeuvre, m'aura plus marqué.



D&D 09/08/2011 00:41



Tu t'es fait un thema "George", alors ! J'aime bien Intolerable Cruelty, le couple s'en donne à coeur joie, j'ai trouvé ça drôle et charmant.



comprendre 08/05/2011 02:39



Depuis j'ai vu control que j'ai trouvé un peu long et plombé par sa source (le livre de la veuve), mais l'ensemble est tout à fait intéressant. Il est probable que cela donnera lieu à un petit
article visuel/musical par chez moi. The american m'est désormais accessible (oui, petit écran, tout ça...), je le verrai à l'occasion (pourquoi pas celle des vacances, dans trois semaines. Vous
avez ça, vous, des vacances ?).



D&D 11/05/2011 01:16



Ah ben tiens, je l'ai vu y a pas longtemps Control. Vraiment pas emballé par le film, même s'il est tout sauf insultant et que je ne regrette pas de l'avoir regardé (dans son
rapport  au suivant). J'avais commencé à gribouiller un truc dessus, ça me reviendra peut-être avec ta piqûre de rappel... En revanche, The American, c'est vraiment un film à voir
en salles je trouve. Non mais : VRAIMENT :-)))


Sinon, figure-toi que je serai peut-être en vacances (deux semaines se profilent) juste après  toi. (Sérieux, je suis claqué, là... j'espère que ce break va pouvoir se confirmer !)



BAB 28/12/2010 17:35



Pour le Galande, c'est pas moi, c'est Rocky.



D&D 29/12/2010 22:50



Sans doute a-t-il passé la première couche :-)



BAB 27/12/2010 23:31



Violante Placido : je dois bien avouer que j'ai tiré une langue de 3 mêtres dans mon fauteuil... Mais c'est vrai que la scène avec l'autre actrice près de la rivière est très forte.


Toujours un plaisir de te lire, D&D !



D&D 28/12/2010 15:21



Ah, c'est donc toi qui a flingué les sièges du Galande en bavant partout :-)


C'est peut-être un critère que les agents des stars ont déjà intégré d'ailleurs : la vitesse de dégradation d'une salle, ce doit être un bon indice quant au sex-appeal...


Violante Placido aura foutu une claque au parc français, à n'en pas douter : sûrement pour ça que les exploitants ont retiré le film de l'affiche au plus vite !


&... tu es bien aimable ;-)



dasola 17/12/2010 17:21



Bonsoir D&D, très beau billet pour un film qui a été un de mes coups de coeur de l'année. Il faudrait que je lise le roman. Bonne soirée.



D&D 18/12/2010 01:28



Merci Dasola :-)


En te lisant je me rends compte que c'est sans doute, pour moi aussi, oui, un des coups de coeur de cette année (en "plus" de trouver que c'est un beau film). J'espère que tu parleras du roman
sur ton blog alors, si tu t'y lances.


Bon week-end ! 


 


 



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D