Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 01:08


Exposition Jacques Tati - Cinémathèque française
 

A un moment tu te dis : stop ! Tant pis : tu voles une heure, tu ne sais même plus à qui, tu la voles. Au temps ? Tu la crées. Tu fais semblant que tu la crées : et me voilà devant la Cinémathèque. Et j'ai une heure. C'est tout. Mieux que rien. Il paraît que MOIJE suis débordé depuis quelques temps.

Pas question de presser le pas : au pire, je m'arrêterai au milieu. Cela n'arrivera pas : simplement je n'ai pas écouté les télés, il n'y avait momentanément plus de place - et ça m'a fait plaisir -, je n'ai pas regardé les casques.

J'étais donc soudain à l'expo Tati. C'était prévu de longue date, devenu imprévisible, mais cette fois, pour de bon : dedans.

Le temps de me souvenir qu'après ma première visite particulière, j'avais tout de suite revu Jour de fête : irrépressible envie de recommencer. Cet homme-là me manquait alors que je le connaissais si peu. D'ailleurs, je le connais encore trop peu : ne peux simplement m'empêcher de l'aimer.

Je passe la "débobineuse" à l'entrée, jolie idée mais : il me manque trop. Je rentre dans le premier long couloir… Il y a des affiches, des extincteurs qui m'amusent, et, tout au bout, la "machine à communiquer", droit sortie de Playtime qu'un extrait en chemin vient de me raviver. J'ai ma dose. Je reboote. Je suis bien. Je rentre pour de bon.



Jacques Tati - Playtime
 

J'avais vu Mon oncle et Playtime, revu Jour de fête une fois l'expo découverte en bavardant avec quelques blogueurs. Je me dis : ah oui, au fait, cette expo, c'est petit. Je veux dire : ce n'est pas très grand. Tant mieux ? Je n'ai qu'une heure, que diable ! Sinon l'économie française s'effondrera, n'en doutons pas. Chhhhhht… "Démocratiser le gag"… C'est fini… Le fauteuil de Playtime… Je suis là où je voulais être… Le balai-lumineux… Je recommence.

Je me penche sur les "carnets de gags et d'idées" de Tati… Je ne sais pas si je lis… Je sais que je regarde la forme de l'écriture : très belle, soignée, le soin d'une démarche qui entend ne pas baisser les bras, courbes vives mais pas sèches… Le contraire de l'écriture d'un médecin, on dit comme ça.

Je me penche sur les lettres de Truffaut, de Pasolini, m'estomaque et m'interloque : je souris. Je ne sais pas faire autrement. Bien sûr, je sais : pas là.

Le plaisir de retrouver, celui de découvrir, l'envie d'approfondir… "Il est rare qu'un film puisse devenir aussi important pour celui qui regarde que pour celui qui l'a fait"… Truffaut… Je ne survis que comme ça. Je le sais. A trouver les moments où c'est aussi important que… A y croire. Dur comme fer. Je regrette que la lettre n'apparaisse pas dans sa totalité.

Est-ce que vous êtes pris au piège ? Est-ce que tu es pris au piège ? Est-ce que tu t'en sors ? Tu as vu la pipe ? Tu me diras : ça ne se refuse pas, jamais. J'ai honte, bien sûr. Mais je l'écris : ça ne se refuse pas, n'est-ce pas ? Tu verras : il y a dans des tiroirs des objets qui deviendraient le contraire de reliques parce que : ça résiste. Et donc : il ne faut jamais dire non à une pipe.


 Mon Oncle - Jacques Tati


Tiens, je ne comprends pas du tout ce que Crash vient faire là, et en même temps : bien content… Crash… j'aimerais que davantage de gens dédramatisent… qu'ils voient Crash et n'oublient pas l'humour de Cronenberg… Oui, c'est très bien. Dommage que l'image soit dégueulasse. A ce point ! Franchement : faute ; avec l'éclairage raté sur la si belle affiche de Mon oncle. Cela arrive, les ratés. Ou pas. MOIJE crois en ceux-là.

Pour le reste, MOIJE ne sais pas très bien juger d'une expo, n'y connais rien : pas ma came, les expos, et l'architecture, ou… Je suis là pour lui, pour le cinéma, je sens juste si je marche ou pas. Je marche. A fond. Je galope. J'aime beaucoup le César. Rouge. J'aime beaucoup ce rouge…

A un moment, quelque chose me rattrape : l'impression de voir les visiteurs comme je ne les vois pas d'habitude dans les quelques exhibitions où je me promène. Même si : je regarde souvent les autres ; mais là : ça ne vient tellement pas de moi que ça me surprend presque. Je reçois tout avec les autres inscrits dedans, et par conséquent, avec moi, aussi. Je veux dire : je me rends compte tout à coup que je fais partie de l'expo pour les autres… Très étrange... Ne m'y arrête pas… Parce que j'aime bien comment les gens s'inscrivent dans l'expo. D'ailleurs, il y a du monde, mais pas trop. Juste comme il faut ? Si j'avais un peu plus d'une heure, ce serait parfait. C'est bienveillant et sans merci. Je veux bien le "sans merci", j'en redemande : quand il est bienveillant. Je ne sais pas si je comprends, mais je me dis : il y a nécessairement quelque chose que je trouve très réussi dans la scénographie pour que quelque chose comme ça arrive.

Et tout à coup, je repense : tu avais bien raison de ne pas te contenter de l'avant-première. Cela ne pouvait exister alors, forcément. Même si c'est pour d'autres raisons que tu ne voulais pas t'en contenter, ce n'est pas grave : tu as bien fait de revenir…


 Jour de fête - Jacques Tati


Je regarde les photos de la construction du décor de Playtime. Je ne savais pas. Cela m'étreint. Je regarde la destruction du décor de Playtime. Cela me scandalise. Je n'y peux rien. Je suis avec : la faute à l'expo, aussi !

Des miroirs vous surprennent. Et soudain, ce n'est pas seulement les autres, ni soi pour les autres, mais : face à soi. Tout bête. C'est comme ça. Je suis un peu gêné. Ne m'arrête pas. Je n'ai pas honte : je sais. Je sais que j'ai tous les travers du monde. Aussi. J'aime qu'on me le rappelle d'un clin d'œil. Et je ne dois pas être le seul… Ces visages qui se fendent d'un sourire… Ces sourires qui se fendent d'un visage... Et surtout : ce sourire qui s'ouvre en faille lui-même… Sauf, bien sûr : ceux à qui on ne la fait pas, jamais. Et grand bien leur fasse.

Je regarde les dessins préparatoires aux films. Qu'est-ce que c'est beau ! Tout ce que vous avez à déclarer D&D ? Pour ça qu'on vous paye ? Euh… Sais pas… Pas payé, en fait, faut pas croire… Qu'est-ce que c'est beau ? Oui. Je crois que je vais sortir. Je ne dois pas voir le temps passer. Je vois juste comme je suis et dans le temps malgré moi, et passe... Il faut que ça cesse, que je voie un film de Tati. Et ça va me sauver : deux heures seulement ? Déjà ça. J'y vais… Mais là : il y a un angle dans le couloir, avant la dernière salle. Et dans cet angle : un homme. Je vous jure que c'est vrai. Vous n'allez pas me croire, pourtant c'est vrai : un homme. Je me fige. Non, le contraire : tout s'arrête… C'est Hulot. Je le reconnais.

Il regarde les dessins. Il n'a pas beaucoup changé. Il a l'air de M. tout le monde. Et pas du tout. On dit comme ça. Il dégage quelque chose de bienveillant. Et de dur à la fois : 2009. Il a mis un peu plus de bleu et un peu moins de gris. Il a dû poser son imper parce qu'il faisait très beau, mais c'est lui. J'en suis sûr. Le cheveu file un peu plus blanc mais la coupe semble intacte (vous avouerez que je suis très cheveux en ce moment). Je vais sortir, je tourne dans la dernière salle. J'ai refait un tour de manège, retrouvé les joyeux lampions. Le soir même j'irai découvrir Les Vacances de M. Hulot, en version restaurée, ratée comme une andouille que je puis (sans fond) être au Max Linder parce que le film n'a tenu qu'une semaine pour faire place à Mariard Cotillon (rien contre elle, mais là, ça m'a gonflé). Non, je serai fâché, trop peu de gens iront voir le film en salles, mais je ne le sais pas encore, tout va bien : les vitres de l'expo ; je me retourne ; Hulot dans l'espace précédent s'est approché de la pipe. Elle doit lui manquer maintenant. Je crois qu'il va aller s'asseoir près des téléviseurs.

Il sourit devant son image, c'est tout. Comme nous. C'est déjà beaucoup.


 Jacques Tati - Les Vacances de M. Hulot


PS : l'expo s'arrête dans une semaine. MOIJE vous aurai prévenu.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eeguab 13/12/2009 19:07


Je viens de voir Play time au cinéma version restaurée.Que d'idées dans ce film.Tu les connais mieux que moi.A la lumière de l'expo on saisit plus nettement le travail sur
le bruit par exemple,ces fameux dialogues inaudibles.Et la relative absence de Hulot,au propre comme au figuré.Je crois que je vais faire une note qui pourrait s'appeler En verre et
contre tous.Et la laideur urbaine et le clinquant et ces pubs pour New York,Hawaï,Mexico,ou Stockholm toutes verticales copies conformes.Un univers ... effrayant.Tout ce bruit ou,pas
mieux,cette absence de bruit de portes ou de papiers.Au secours Kafka.A bientôt.


D&D 14/12/2009 03:25



Bonsoir Eeguab,

Merci beaucoup pour cet écho de ta vision de ce jour. J'avais également trouvé que voir l'exposition permettait de ressentir plus précisément le travail ensuite, lors de nouvelles visions, ce en
quoi aussi elle était réussie à mes yeux. J'espère que tu feras la note annoncée dont j'aime déjà beaucoup le titre !



Fbd 04/09/2009 19:21

J'aime beaucoup les films de Tati, j'ai fait découvrir "mon oncle" et bien sûr "les vacances de Mr Hulot" à mes enfants: ils adorent…

D&D 05/09/2009 03:40


Bonsoir, et bienvenue,

Quelle belle idée de faire découvrir Tati à ses enfants...

Et ils adorent ! Je veux les mêmes :-)))


Ultimo 14/08/2009 20:04

Magnifique article ! Etant à 6000 km, je n'ai pu malheureusement aller voir l'expo et un de mes profs : Francis Ramirez l'aurait sûrement apprécié. J'avais travaillé avec lui sur un mémoire de Buster Keaton, et sentir cette passion, cette énergie débordante me fait encore frissonner ...

Merci D&D !!

D&D 15/08/2009 03:12



Salut Ultimo :-)

Tu me fais envie avec ton mémoire sur Keaton !... J'ai relu récemment un article qui rappelait notamment un rapprochement entre Tati et Keaton via une manière physique d'en découdre avec le
monde, pour dire très vite ce que j'en en retenu. Je n'ai d'ailleurs encore vu que trop peu de films de Keaton et je ne doute pas que ce sera une sacrée joie de me rattraper.

Bref, merci beaucoup à toi !



VITA 02/08/2009 11:58

Je ne connais que Tati...et Magritte..;Faire partie de l'expo, au même titre que les oeuvres exposées...Qd je suis ds une expo, je regarde autant les gens que le reste, j'écoute aussi...Je m'étonne de leurs mimiques ou leurs paroles. Tu es en face de leurs émotions et la tienne se mesure à la leure.Je suis heureuse ainsi de "partager" avec des inconnus une certaine intimité.Je viens de voir "the Reader", qu'en penses-tu?    VITA

D&D 03/08/2009 02:04


Je me rends compte à te lire que je regarde aussi beaucoup les autres au cinéma, tout au moins dans la file d'attente, et à la sortie. Et j'écoute aussi, oui... Et parfois bien sûr, pendant le film
lui-même, au moins quand quelque chose semble traverser la salle, avec ou contre le film... De préférence avec... De préférence sans pop corn et sans portable :-) Sinon, je n'ai pas vu "The
Reader". Je pense plutôt le lire, un jour, puis le regarder parce que je suis très amoureux de Kate Winslet (aussi, quel coeur d'artichaud !), mais je ne suis pas très intéressé par ce metteur en
scène (pour l'instant ?).


Benoît 01/08/2009 19:15

Comme tu as pu le voir, je n'ai juste vu que Mon Oncle. Assez intéressé par son univers. On verra si j'ai la chance de découvrir le reste.

D&D 02/08/2009 02:20



Bonsoir Benoît,

On n'a qu'à se dire que les cinéphiles ont le devoir de vivre longtemps pour se préserver le plus de découvertes possibles... Il y en a tant, de possibles ;-)



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D