Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 23:00

 

Mammuth - Benoît Delépine et Gustave Kervern


D'une certaine manière, Mammuth a tout pour me déplaire (les goûts, les couleurs, tout ça), ou tout au moins beaucoup (pour tenter de tenir la bride de la phrase toute faite qui viendrait réécrire l'histoire), même si ça me fait rire par moments (rarement généreusement), même si ça me prend de court à d'autres (trop superficiellement pour contrer cette impression que l'écriture court après sa volonté massive/massue de singularité(s), alors qu'elle me semble loin d'échapper à la paresse comme aux facilités).
 
Le comble : l'histoire cousue de fil blanc, et les séquences s'enchaînent dans une mécanique simpliste alternant misanthropie élémentaire (au mieux efficace) et fraternité à deux sous (promotion sur les bons sentiments). Aussi : l'image me paraît quand même plutôt dégueulasse et pré-pubère ( : ah oui !, on pourrait faire ça avec la caméra super 8, et puis ça, etc.), et ce n'est pas une argumentation à la "mais ça fait partie de la proposition" qui pourra m'apaiser le regard : le film me rappelle surtout que la liberté peut être davantage à recouvrer qu'à décréter... N'empêche : je trouve aussi que quelque chose passe.

Bon, il y a quelques minutes avec Anna Mouglalis : ce pourrait être l'explication de ma curiosité persistante, de mon affection "malgré tout". Rien en moi ne sait résister à Anna Mouglalis, c'est pathologique (… et sa voix : qu'elle murmure un mot, et je me roule par terre). Mais en fait non, ce n'est pas ça… Cela m'agace même pas mal de trouver l'écriture plus faible avec les femmes : les dialogues ne sont jamais si pauvres ou convenus qu'avec elles (à l'exception relative de Miss Ming, le film s'appuyant complaisamment sur l'excentricité de cette présence). Quant à la séquence avec Mouglalis, elle m'évoque surtout du sous-Bertrand Blier en pilote automatique.

Pourtant, ma piste vers Mammuth tient par là : tant est remis entre les mains du talent des comédiens et de leur nature, de leur rencontre avec l'écriture des deux compères. Y compris Isabelle Adjani, Miss Ming, Yolande Moreau ou Anna Mouglalis, mais, elles, l'écriture ne les aurait pas rêvées pour de bon : elle les a fantasmées, elle a sûrement voulu passer un moment en leur compagnie, mais sans aller au bout de son désir, quelque chose par là…

Me reste une joie diffuse via la co-présence de talents et de natures divers et variés, dans le passage non chaotique des un(e)s aux autres, dépassant intimement la simple succession qu'induit souvent le road movie : et cela aurait à voir avec Depardieu, qui  retrouverait un plaisir de jouer, avec tou(te)s, avec rien, et réciproquement : et là quelque chose se passe. La force du film tient à celle de Depardieu, que je pensais pour ainsi dire ne plus avoir à aimer, ou pas trop, et qui m'embarque, totalement, et alors : véritablement en écho avec le délire des réals. Je veux dire que : Mammuth n'est rien sans Depardieu, mais d'une certaine manière, Depardieu n'est/n'était plus là sans Mammuth. Dès lors : ce n'est pas rien du tout. Kern et Delépine ont rêvé à fond Depardieu (et paraît-il : Delépine, littéralement), et Depardieu rêve le matériau des deux hommes. C'est là qu'une route apparaît.



PS : sans doute ce qui me "ramène" à Mammuth, regardé récemment, est une impression, bien moins nette mais analogue, devant Fabrice Luchini et Les Femmes du 6ème étage. C'est la première chose en tout cas, et pour l'instant la seule, qui m'ait un peu retenu dans le film de Le Guay.



Billet rétropublié le 31 juillet 2011.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D