Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 02:05

  Tempête de ***SPOILERS***

 

 

 

Jessica Chastain - Take Shelter - Jeff Nichols  
 

Au début (du recommencement), la force d’Andrew nous apparaît dans le rapport entre son pouvoir et la manière dont ses mains le convoquent, et l’évoquent. Dans la scène des Legos, il reprend d’abord Matt - qui n’y arrive pas très bien - sur sa gestuelle. En songeant à la danse des mains d’Andrew, je pense très vite à Samantha (Jessica Chastain) qui apprend le mot storm à sa fille, en langage des signes, là-bas, dans le film de Jeff Nichols. Ici, Andrew signe et signale son pouvoir de ses paumes, de ses doigts : ce qui distingue d’abord cette force de celle de ses acolytes, c’est sa précision et sa délicatesse, celle qui lui permettra de faire évoluer sa caméra. Progressivement, ce jeu de mains ne sera plus toujours nécessaire, son regard en brûlera suffisamment pour que nous n’oubliions pas, tandis que storm prendra peu à peu toute la place.

Les Etats-Unis vont très mal, comme tout le monde,
mais c’est à croire que c’est suffisamment grave maintenant pour que le cinéma redevienne particulièrement vibrant. Euh… vivement qu’on n’en puisse vraiment plus en France ?… Non, ce n’est pas ce que je voulais dire, mais : Take Shelter et Chronicle auront constitué deux très belles surprises, sur les deux premiers mois de l’année, deux moments de grand plaisir porteurs de scènes assez inouïes, deux œuvres fondamentalement dépressives et dénuées de pathos, mais se permettant lyrisme voire exaltation.

C’est qu’ils vont d’emblée pas bien : le jeune Andrew (Dane Dehaan) et le grand Curtis (Michael Shannon), l’ado et l’adulte – tous deux portés par des interprètes impressionnants, une découverte et une confirmation. Peut-être que l’un ne s’en sort pas tout à fait de ne pas être intégré, et l’autre de l’être trop. Impression que leurs chemins respectifs, et ce qui en fait la beauté, ce ne serait pas la volonté d’agir sur cette situation (véritablement s’intégrer ou s’exclure), mais la pure force dont ils sont porteurs et qu’ils essaient de comprendre ; et alors, ma sensation serait vraiment centripète pour Curtis et centrifuge pour Andrew. L’un tendrait à la disparition du monde via son absorption progressive au cœur de ses visions, l’autre via le mouvement indéfiniment répété de « repousser » jusqu’à peut-être désintégration. Ce qui va compter alors : leur propre regard et l’action des autres. Curtis s’ausculte, s’observe via les livres, les médecins, sa mère ; Andrew se filme…

Infinies tristesses de Curtis, ou d’Andrew, en tenue de chantier, en tenue de pompier, et leur grande peur d’un monde hostile : tu n’es pas mon ami, toi qui m’ignorais avant notre recommencement, ou tu n’es pas ma femme, toi qui m’attendais dans la cuisine près du couteau, ruisselante de la pluie dévastatrice. Cela n’y changerait pas grand-chose de croire que c’est Curtis qui a un superpouvoir (la version prophète) et que c’est Andrew qui est juste devenu fou de solitude ; si ces interprétations ne me semblent pas pertinentes en elles-mêmes, elles créent d’intenses coulisses à celles dont elles sont comme le revers.

 

 

Chronicle - Josh Trank (02)


Take Shelter - Jeff Nichols (02)
 

Mais peu importe : l’un aura son spectacle de magie et l’autre son repas spectaculaire. A partir de ces deux scènes charnières et de leur bel échec : Andrew ne sera pas intégré, Curtis ne sera pas délaissé (sa femme l’accompagnera jusqu’au bout, ça se scelle là). Mais c’est leur réussite aussi : Andrew veut mourir et Curtis partager. Les deux seront exaucés par l’autre (l’ami, l’épouse). C’est ce point-là aussi qui rapproche ces deux films de crise, en ce qu’ils s’avèrent tout autant deux très belles histoires d’amour (conjugal dans un cas, amical dans l’autre), en tant que l’amour est un acte. Mon bémol resterait que dans les deux cas une lecture très puritaine soit possible, alors que je ne pense pas que ce soit le cas, ou le but. Mais c’est un peu dommage, cette évacuation du corps, de la sexualité (finalement peut-être plus encore dans Chronicle même si c’est moins directement le sujet que dans le cas du couple, mais vraiment la scène avec la fille aux cheveux rouges, c’est pas une bonne idée du tout, si ?).

Le premier plan de Chronicle : dans le miroir accroché à la porte de sa chambre, nous voyons Andrew derrière sa caméra ; derrière la porte il y a le père, ivre, violent. C’est une séquence simple, terriblement efficace… dont il y aurait trop à dire (pour MOIJE). Mais déjà : cette scène peut être vue comme la première à « payer son dû » à ce qui a mis le found footage à la mode quelque temps, autrement dit des films qui d’une manière ou d’une autre sont censés foutre les chocottes et fortement par l’immersion supposée via un tel dispositif (Blair Witch, Cloverfield, Diary of the Dead, Rec, etc…). La scène de Chronicle, très simplement, m’a fait peur, de plus en plus peur : angoisse que la porte se fracasse, que le miroir se brise, que surgisse le visage encore inconnu du père qui ne serait alors qu’une incarnation pure d’une forme de furie, face à laquelle Andrew (taillé comme un barreau de chaise) et nous serions nécessairement impuissant.

Mais le chemin de Chronicle ira bien ailleurs et se dégagerait même comme le seul qui tente vraiment quelque chose avec sa caméra subjective, quelque chose d’autre qu’une forme d’épate ou de (pseudo- ?) réflexion sur les images : ce n’est pas juste une idée astucieuse, ou une expérimentation, ou le simple appui du réalisateur réel, c’est bien, cette fois, pour l’essentiel, une connexion intime et nécessaire avec le(s) personnages.

C’est qu’il y a dans le cinéma, dans le fait de s’y aventurer en tant que créateur, peut-être plus encore que dans le théâtre, la volonté double d’être seul et avec les autres. Il peut y avoir une part de refus de la stricte position de créateur véritablement solitaire comme peuvent l’être le plus souvent le peintre ou le sculpteur, par exemple. Et Chronicle, via la justesse de l’utilisation du found footage, se bagarre aussi avec ça : Andrew se bagarre aussi avec ça. Lors d’une scène en voiture, Steve demande à Andrew si filmer n’est pas un moyen de maintenir une barrière entre lui et le monde, entre lui et les autres. Qu’il y ait de ça semble assez évident, mais pas que : un point de montage répond à Steve en montrant tout à coup Andrew à côté de lui, filmant maintenant de manière à s’inclure dans le champ, à ne plus être simplement de l’autre côté de… « la porte ou le miroir ». Et rien n’empêche de voir aussi Curtis (Michael Shannon) comme un artiste dont il s’agira in fine de partager la vision. L’inadaptation d’Andrew ou de Curtis s’approcherait aussi comme l’exacerbation de la position ambivalente du créateur en équipe : avec et sans toi.
 
 

 

Take Shelter - Jeff Nichols (03)
 

… Suite et fin en ligne bientôt (cette fois, c’est vrai !)
  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans TOIQUIVOIS
commenter cet article

commentaires

D. 04/05/2012 00:05


Ce que j'ai trouvé intéressant dans "perfect sense" qui n'est certes pas un très grand film, mais dans le contexte apo/postapo et si on le compare à "blindness" c'est le côté presque positif
(assez rare dans le genre) : "on perd un sens, on s'adapte"...


Sinon ce mois de mai me paraît alléchant question cinoche : prometheus (bon ça c'est mon côté geek), Cosmopolis (j'ai vraiment pas aimé " a dangerous method" donc j'attends celui ci) et
l'adaptation de sur la route.


Est ce que tu as vu "miel" (bal)?, je l'ai trouvé visuellement superbe. (http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19139009&cfilm=135249.html)

D&D 05/05/2012 05:48



"on perd un sens, on s'adapte" : tout à fait d'accord avec ça. Y a des idées qui m'intéressent dans le scénar'. C'est la réal' qui fout tout en l'air pour moi.


Cosmopolis, j'ai vraiment hâte (j'aime même A Dangerous Method, alors tu penses :-) ), et j'irai
sans doute voir le Ridely Scott aussi. Enfin j'espère que quelques films m'attendront, car je ne vais plus pouvoir aller au cinoche de mi-mai à début juillet, et je vais effectivement en rater un
sacré stock au moment de leur sortie, là...


Oui, j'ai vu Miel. J'ai beaucoup aimé. Je souhaite le revoir. J'avais publié quelques photos de Milk, le précédent de la trilogie de Youssouf. Il m'intrigue, ce cinéaste. J'ai des bouts de
papiers sur Miel et Yumurta, ça viendra peut-être un jour !



D. 01/05/2012 23:01


J'ai beaucoup aimé "take shelter" pour ma part, et bien aimé "chronicle". Je suis ravie de cette mode du noir et du apo/post apo en ce moment étant madmaxophile. Dans le genre le petit film
"perfect sense" n'est pas inintéressant non plus...

D&D 02/05/2012 01:27



Bonsoir D., bien content de te lire !


Sincèrement pour Perfect Sense, je trouve que c'est davantage la romance qui tient le choc via les comédiens, même si l'idée en elle-même me plaît beaucoup (mais pas son traitement,
quant aux séquences de pertes de sens). Mais sinon, oui, je crois que ça me va aussi cette "tendance". C'est peut-être parce que Take Shelter et Chronicle la dépassent (via
notamment leurs fins sur lesquelles je veux revenir) qu'ils me sont si chers, quant je trouve que Perfect Sense la sert (comme un programme). 



Gillou 04/04/2012 21:32


Salut c'est Gillou,


Un fois de plus je te rejoins. Les deux - véritables films ? - qui valent la peine de se fatiguer la rétine. Difficile de faire un tel crossover entre ces deux oeuvres : ton style
soutient l'intention équilibriste, à merveille.


Chronicle ne cesse d'étonner tout au long de la séance. Et pourtant le sujet n'est pas nouveau : Akira et consorts.  Pas de raccourcis, pas de plans anodins, tout est à sa place.


Take a shelter ? On est proche de la perfection : je n'ai pas l'habitude d'être emphatique, tu le sais. Tous les films ayant traité de la fin du monde sont out, exception faite
de Le Sacrifice, bien entendu, archétype de toute réflexion sur le sujet. La rédemption mène à la mort dans le film qui nous occupe maintenant, un signe des temps peut-être, du nôtre en
tous les cas.


Donc on attend la suite.


Gillou

D&D 06/04/2012 03:36



Bonsoir Gillou ;-)


Bien heureux de te lire et de voir que ces deux films t'ont également intéressé.


Je pense que ma lecture de Take Shelter diffère un peu de la tienne (ce sera sans doute plus clair dans le billet suivant). Mais... ahhhh... Le Sacrifice... cela commence à
faire un moment que je ne l'ai pas revu  : il me manque !


A bientôt.



la meilleure mutuelle 30/03/2012 08:07


Le titre m'impressionne bcp

D&D 31/03/2012 02:29



Voilà du spam bien fait :-)



Chris 28/03/2012 09:08


:-)


… Suite et fin en ligne bientôt (cette fois, c’est vrai !)


Ca veut dire quoi "fin" ?

D&D 29/03/2012 03:54



Fin de ce billet croisé Chronicle/Take Shelter.


(Cela dit, va plus trop tarder à y avoir une 'tite pause : j'entends les phoques qui m'appellent ;-) )



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D