Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 01:26


Rodolphe Burger - Ne change rien - Pedro Costa


Qui est-ce qui tombe à l'eau ? Euh… Le cinéma ?

Elle est bien bonne celle-là, en tout cas pour moi : pour un inconditionnel de James Cameron et de Clint Eastwood, sacré doublé que ce mois de janvier !... Bon, comme je ne saurais m'empêcher de les "aimer" un peu, en m'accrochant bien fort, cet Avatar et cet Invictus, je ne suis même pas énervé.

Quel stérile ennui… Et Matt Damon de plus en plus Damoniaque (à moins que ce ne soit son avatar qui tienne le rôle ? et quel rôle ?)… Et l'autre bleu (encore une endive, pourtant) et ses copains les navets dans leur univers fluorescent d'une laideur graphique (peut-être les goûts les couleurs) et d'une pauvreté imaginaire (là, c'est plus difficile à défendre) qui me laisse bouche bée (sans parler de la faiblesse de la 3D, à me demander si elle n'est pas systématiquement pensée de traviole, tant elle n'apporte rien mais gêne régulièrement par ses vieux effets de manche : oh le machin blanc qui passe ! Comme c'est zoli…) Mais c'est assez divertissant, pour sûr : je reste simplement moins déprimé que je ne le craignais ; 2h40 à regarder Super Ja(i)mie faire davantage joujou avec ces records qu'avec la possibilité d'un film, ça reste long. Cela dit, une heure de moins pour n'avoir qu'un poème à délivrer en vignettes qui collent, ça traîne un tantinet.

Un coup "sans"... Cela arrive nécessairement… Même si ces deux récits qui feraient passer le cinéma de beeeeep* pour un comble de raffinement forcent le respect. Bref : incroyable comme je m'en tamponne de ces deux films !

Certes : ce billet est débile. Je n'ai rien à dire. Ce n'est même pas pour le petit plaisir d'être méchant, mais ça me fait tellement rire ces deux coups d'épée dans l'eau : je ne m'y attendais guère, je n'y vois goutte. C'est ffffffffffou, non ?... (Moi aussi, je peux faire du placement de produit).

 



* Au lecteur de choisir ce qu'il a trouvé de plus schématique et de moins inspiré au cours de… la décennie 2000… soyons généreux et restons dans l'ambiance des grands tops.

PS : Février s'étant ouvert pour moi avec Up in the Air, je n'ai pas encore déconsterné. Evidemment, ça m'amuse moins car je ne trouve décidément rien qui m'excite chez ce Jason Reitman dont je ne reviens pas d'avoir vu trois films, essentiellement pour ses comédiens à chaque fois. Et sans être parti de haut, l'on peut décidément chuter sans fin… Tout cela s'avère d'un démago et d'un réac' qui m'avaient bien inquiété dans Juno, et cette fois m'effarent. Non, là, ce n'est même plus drôle, bien que, par ailleurs, ça reste aussi distrayant la première heure, en se pinçant bien le nez. Bon : j'vais tapéter les mouches qui m'ont piqué ; ça ira mieux après.


Partager cet article

Repost 0
Published by D&D - dans Brèves
commenter cet article

commentaires

comprendre 06/04/2010 23:06



Pourquoi est-ce que je me dis que cela va t'intéresser ?


 



D&D 11/04/2010 02:30



:-)))))


Fabulous !


(Je réponds à ton autre commentaire bientôt j'espère...)



comprendre 06/04/2010 18:31



Dis donc, tu as pris le temps d'écrire tout ça ? Merci à toi ! Pour "the men who..." je pense exactement la même chose que toi, pile poil (à part spacey pour lequel je n'ai pas d'avis). J'ai aimé
l'idée, subversive, du "be yourself" au milieu des militaires, de la confiance hors limite en ses capacités (psychiques, mais pas que) qui permettrait de distendre la réalité (Cf les dernières
images du film). Mais bon, globalement "sans plus" ce film là. Pour le Polanski, tu as raison de mettre le focus sur la narration : l'histoire bouffe toute la perspective, et un peu les décors
(rha la maison sur le bord de mer !). Ewan tiens vraiment la route, et est mieux mis en situation de déployer son talent que dans "the men who...". Une fois le film fini (super la fin, j'ai
aimé)... ben pas grand chose n'est resté :-/ Pourtant je l'ai trouvé très bien, mais voilà, les faits sont là, je n'ai pas dépassé l'histoire. Pour le Scorcese, moi j'ai beaucoup aimé la première
partie du film, et beaucoup moins la deuxième. Il faut bien voir que la première partie du film est "lourdement" orientée scénario de film fantastique ou d'horreur, et le revendique puisque cf la
deuxième partie qui explique la première. Donc moi j'aurais aimé rester dans ce monde lovecraftien, dans ce lunatic asylum qui fleurait bon le jeu de rôles... Le premier fou, c'est justement fait
pour mettre une tension "surjouée", on est volontairement dans l'excès, et c'est revendiqué (je crois). Tu as noté la référence à shining au début du film ? un traveling sur la jeep qui va vers
les bâtiments. J'ai pensé "ok, on sait où l'on va : la folie". Bon, sinon Léonardo est très bon encore un coup, mais c'est pas un avis partagé par tout le monde (mais ce monde là participe au
complot financier qui fait courir des rumeurs sur le couple Sarkozy donc il mériterait des choses affreuses du style les crocs dans "le dernier roi d'Ecosse", ça le ferait réfléchir à deux fois
avant de dire du mal de Léonardo, de Nicolas ou de Carla). Allez, moi, dans 3 jours, je suis en congés pour deux semaines Courage à toi, pense à tes actionnaires et à toute la R&D que tu vas pouvoir te payer en septembre ! @+ PS : j'ai vu "the wrestler", on en avait parlé une nuit, ben j'ai trouvé ça très
bien.



D&D 09/06/2010 08:27



C'est qu'il faut être patient avec moi :-)))


Pour "the men who", tu me rappelles que j'ai beaucoup aimé l'ambivalence permanente liée à ces "jedis" de l'armée. En cela, je trouve Clooney, Bridges et McGreg excellents. Ils sont à la fois
ridicules et sublimes (en poussant un peu), d'où la possibilité des dernières images, comme un pied-de-nez du cinoche au réel.


Le Scorcese et le Polanski, je les reverrai certainement, non qu'ils me semblent incontournables, mais je serai nécessairement plus "libre" de leurs histoires à la revoyure. Mais je crois aussi
que je préfère nettement le premier mouvement du Scorcese, et même en particulier la scène d'ouverture sur le bateau. D'ailleurs, l'ouverture, sur un autre bateau, du Polanski est aussi un moment
qui m'intéresse.


Tu dis certainement quelque chose de juste sur le premier fou, mais je crois (de mémoire) que l'intention n'est pas pour autant réalisée. J'ai le souvenir de grosses ficelles de jeu à
l'américaine dans la veine "naturaliste". Il faudrait, à la limite, la démesure d'un Nicholson, être un peu créatif, quoi ! (Mais je n'avais pas vu la référence à Shining ;-) )


Enfin, comme t'as accroché au Westler, je vais essayer de pas trop en parler alors :-)))


A bientôt M. comprendre !



comprendre 30/03/2010 13:17


Un salut rapide :) Et alors, ces trois films, tu en as pensé quoi ? Puisque tu les as vus, je pourrais t'en dire un poil plus que je ne l'ai fait puisque je ne voulais pas imposer un pré-jugement.


D&D 31/03/2010 12:56



Salut monsieur !


OK, je tente quelques remarques à l'arrachée...


The Men who stare at Goats a été pour moi un très agréable divertissement dans sa première moitié. J'ai trouvé l'interprétation très drôle, avec un petit bémol pour Spacey, et cette
histoire loufoque m'a bien plu. A partir du moment où Mc Gregor et Clooney sont récupérés dans le campement dirigé par Spacey, là, je trouve que le film tente de se dénouer comme il peut, et que
l'écriture n'est plus du tout inspiré. Le programme, hautement conventionnel et attendu s'exécute : j'ai attendu que ça se termine.


Si ça reste dans mes préoccupations à partir de juin, j'essaierai bien d'écrire quelque chose croisant le Scorcese et le Polanski dans leur rapport à une ile, à Hitchcock, et dans l'emploi de
fonds verts qui nous ramènent aux films où l'on faisait défiler des paysages derrière les vitres de voitures immobiles. Dans ce noeud-là, il y a quelque chose qui m'intéresserait, je crois.


J'ai ressenti le film de Polanski de manière plus harmonieuse alors que le Scorcese me semble très inégal (avec des plans qui me posent vraiment problèmes comme ceux sur les camps) mais les deux
me paraissent avant tout conduits par un souci d'efficacité narrative. D'un côté, cela ramène parfois à Hitchcock et ce n'est pas inintéressant ; d'un autre, on se contente un peu de bouffer de
l'histoire, de l'intrigue. Et ces intrigues en elles-mêmes, avec leurs aberrations ponctuelles, m'ont plutôt "prises" comme on dit, mais je ne trouve pas à première vue qu'elles travaillent des
choses particulièrement passionnantes ou justes.


Le travail avec les acteurs me semble aussi plus harmonieux dans le film de Polanski, il y a des trucs aberrants dans le Scorcese comme le premier aliéné interrogé, ce qui m'a fait tout bizarre.


Voilà ce qui me revient en vrac, à l'arrach' donc. Je suis peut-être plus curieux de revoir le Polanski, au final. Je me sens plus intrigué pour l'instant par ce film-là. Il y a quelques plans
qui m'ont saisi dans le Scorcese, mais je crois que trop de choses partent dans le décor (et c'est peut-être le cas de le dire !), et parfois méchamment, dans ce film.


Tout cela dit, repose-toi bien, hein :-)



comprendre 24/03/2010 22:08


Hello ! J'ai vu des choses ces temps-ci, et surtout precious que j'ai aimé, d'ailleurs avec une espèce de
contre-coup (plus apprécié quelques heures après, le temps de digérer). Problème, il n'est pas trop apprécié :-/ Tu l'as vu toi ? Vu aussi le dernier Polanski (bien) et les chèvres du Pentagone
(pour le fun, sans plus). Bon courage Messieurs, (moije est en vacances dans 15 jours !).


D&D 30/03/2010 02:58



Salut comprendre ;-)

Décidément, je ne m'arrange pas puisque je ne découvre ton message que ce soir...

J'ai "perdu pied" quelques soirs et en ai profité pour tenté trois films : le Polanski, le Scorcese et... ces drôles de "chèvres" (une nouvelle fois, je préfère de loin le titre original)... Je
crois que je suis trop déconnecté en ce moment, je n'en suis pas fier mais je regarde tout d'un peu loin, éventuellement avec plaisir, mais... Vivement juin !

Pas de Precious au programme pour l'instant, il faudra sans doute que j'attende les séances de rattrapage maintenant.

Quoi qu'il en soit, et bien que plus qu'en retard, bonne poursuite de ces vacances :-)


comprendre 16/03/2010 13:20


Juin ?????
Mais vous allez bien quand même, non ?
Je persiste : j'espère que les zéros sur le chèque méritent bien tout cet investissement (mais vous connaissant, je n'en doute pas lol).
Pas vu single man, mais ça ne devrait pas tarder. J'ai vu Shutter Island ce week-end. Je ne le conseillerai pas, tout n'est pas fantastique, mais le moment n'était pas mauvais. Sinon, le week-end
prochain c'est le printemps du cinéma (3,5€ la place pendant 3 jours). A bientôt !


D&D 18/03/2010 11:23



Salut mon cher comprendre !

Ouais, juin, ça craint grave... Si j'arrive à faire deux pauvres posts et deux tours de toile d'ici là, histoire de ne pas complètement perdre le fil, ce sera miraculeux. Qu'est-ce qu'on ne
ferait pas pour la caillasse :-))))

Pas pu aller au ciné depuis un mois maintenant, j'enrage... Mais je compte bien voir le Scorcese avant qu'il ne quitte l'affiche. Je croise les doigts !

A bientôt ;-)



Présentation

  • : Le blog de D&D
  • Le blog de D&D
  • : analyses, critiques de films, notes sur des œuvres ou des artistes, et autoportrait en cinéma : petits dialogues et vie avec le septième art...
  • Contact

Dans les salles...

(et dans d'autres mots)

 

 

 

Un Château en Italie

- Valeria Bruni-Tedeschi

 

Un Château en Italie - Valeria Bruni-Tedeschi

 

Prince Avalanche

- David Gordon Green

       

 

Prince Avalanche - David Gordon Green

 

Tip Top

- Serge Bozon

 

Tip-Top---Serge-Bozon.jpg

 

La Bataille de Solférino

- Justine Triet

 

La Bataille de Solférino - Justine Triet

 

 

&

on en reparle

 

 

Spring Breakers

- Harmony Korine

 

Spring Breakers - Harmony Korine (02)

 

Frances Ha 

- Noah Baumbach

 

Greta Gerwig - Frances Ha

 

Cloud Atlas

- Wachowski

 

David Gyasi - Cloud Atlas

 

 

 

Recherche

Contact

D&D